Kro du (mini) pont de Brooklyn


Ça faisait longtemps que je ne vous avais pas donné de nouvelles de Calcifer. Le voici, toujours en forme, réclamant à boire au robinet dans la buanderie parce que là bas, l’eau est pas pareil que dans la salle de bain. (Crédits photo : Leirnette)

Une fois n’est pas coutume : une Kro de bricolage.

Le bricolage a été inventé pour nous punir des méfaits que nous avons accomplis dans nos vies antérieures. Le bricolage défit les lois de la physique : un câble coupé à longueur est trop court, des droites parallèles se coupent au bout du mur et le lé de papier peint arrive pile sur l’angle de la pièce moins 2 cm. La foire du mal existe, elle est tapis dans les recoins de Leroy-Merlin où la vis standard ne va que dans l’écrou standard selon la norme qui a périmé il y a 2 ans.

Bref, dans un moment d’enthousiasme, j’ai acheté un kit pour bricoler. J’étais à New York, j’avais vu le pont de Brooklyn en vrai et je n’étais pas encore remise. Et là, paf, dans le chouette magasin de la Bibliothèque de New York, je tombe sur une maquette, une sorte de puzzle en métal pour le réaliser.

Sur le coup, j’ai le sentiment que c’est une bonne idée. Après tout, je construis bien du légo technique, moi.

Le voyage à New York, c’était en septembre. Entre temps, à un moment donné, j’ai ouvert le paquet. J’ai déplié le mode d’emploi, j’ai lu. J’ai regardé les plaques en métal. Et quand j’ai vu écrit : il faudra plier les pièces, prenez une mini-pince, j’ai vite refermé l’ensemble. Ça faisait trop peur, ça ne me voulait pas du bien.

Hier, Leirnette me dit : tu n’as pas un pont un construire ? Moi : oui, mais ça fait peur. Mais Leirnette n’a peur de rien. D’ailleurs elle est branchée micro technique. Ce qui est de bonne augure, quand on voit ça :

Ya 2 plaques comme ça. Plutôt micro. Plutôt technique.

Au début, c’est un peu impressionnant (même si Leirnette : même pas peur). Faut détacher sans tordre le métal, plier à angle droit les piles de pont, pas confondre la pièce 2 (qui n’a qu’un trou) avec la pièce 3 (qui a deux trous) en mettant la ligne en haut.

Puis rabattre les papattes de métal soit en pliant (fold), soit en tournant (twist), soit en pliant-tournant (screw mais y’a pas de vis, d’où mon interprétation de traduction).

Samedi soir, il nous a fallu 45 minutes pour arriver à ça (en encore, tout tenait pas, on avait pas assez bien « twister » (surtout moi, en fait).

Aujourd’hui on a repris, mais on avait appris, depuis la veille.

Bon, c’est vrai que c’est petit.

A nous deux, on a mis un peu moins de 3h pour arriver à ceci :

Maintenant, rien ne nous arrête : le prochain pont, ce sera le Golden Gate.

Ce contenu a été publié dans Chats, Pelleteuses, vêtements et inclassables, Tourisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Kro du (mini) pont de Brooklyn

  1. NP dit :

    Super et Bravo :-))

  2. Mh dit :

    Ces petites maquettes sont très tentantes… dans le magasin !

    Néanmoins : belle collaboration !

Les commentaires sont fermés.