Kro Paléo l’ambiance

Le Paléo Festival de Nyon, c’est un des meilleurs festivals de musique européen (« Best Medium-Sized Festival Award » 2017). Il se tient, comme son nom l’indique dans le canton de Vaud, à un jet de pierre de Genève. Par ici, c’est un monument, une célébrité. Le Paléo, c’est comme le CERN, tout le monde sait ce que c’est.

Au-delà de la musique, Paléo, c’est aussi une ambiance, un grand rassemblement, bref, c’est un tas de trucs. C’est pas du tout le genre d’endroit où j’irai. J’ai-passé-l’age-ya-du-monde-j’aime-pas-la-foule-je-suis-trop-petite-je-vais-me-faire-piétiner-il-pleut-il-fait-trop-chaud. Bref, pabon.

Mais il se trouve que Leirnette a des relations et Lotin s’est fait offrir 2 places.

Six jours et six nuits, avec environ 230 000 spectateurs, plus de 230 concerts et spectacles répartis sur six scènes, plus de 200 stands (nourriture, artisanat mais pas du « n’importe quoi » de marché d’été) et un camping, sous la houlette d’une armée de 5 000 collaborateurs bénévoles.

Le Paléo affiche systématiquement complet quelques heures après la mise en vente des places. Certains achètent le pass Paléo à Noël,  bien avant  de connaître le programme musical. Pour éviter le marché noir, 1 500 entrées supplémentaires sont vendues le matin même des concerts sur le site internet du festival.

La première édition était il y a 42 ans, c’était un festival folk. Vous imaginez, Malicorne en tête d’affiche, avec aussi le groupe Machin (qui était le groupe d’Hubert Félix Thiefaine).

Maintenant, Paléo, c’est de la musique variée : en tête d’affiche, l’an dernier Muse, cette année Red Hot Chili Pepper… et derrière ces deux grands arbres, une forêt de groupes, rock, folk, rap, electro, français, suisse, monde et le reste.

Entre les concerts et avant les concerts, le spectacle s’étend sur un terrain immense avec des installations artistiques qui rendent bien de nuit.

Un village du monde dont le thème change tous les ans (cette année, c’est l’Amérique centrale). Outre des décorations, c’est aussi des groupes peu connus, représentant un peu tous les styles musicaux de la région, que l’équipe du festival va recruter sur place durant l’année qui précède.

C’est aussi des installations artistiques dans un endroit appelé La Ruche (ci-dessus : Nessi). Et du théâtre de rue loufoque, comme ces Miami boys qui se baladent sur le terrain. Les portes ouvrent à 15h30, mais le premier concert est à 18H00. Entre les deux, on a de quoi faire.

La première surprise, en se baladant dans le Paléo, c’est que, en effet, c’est réellement un festival familial. Tout d’abord, parce qu’il y a un coin pour les enfants avec les jeux drôlement malins (cette année, en récupération de vélo).

Mais on peut vraiment venir avec des enfants, sans avoir peur de les abimer. Paléo est un festival calme, on déambule, on se promène, ça ne hurle pas ça ne bouscule pas. Il y a du monde, bien sûr, mais ça circule bien. On vend de l’alcool et on fume de l’herbe (la cannabis est légal en Suisse), mais on ne rencontre personne d’agressif, en plein mauvais trip ou bourré et chiant. On n’y joue pas les gros lourds en bande. 6 jours de Paléo, c’est moins de drogue qu’une nuit à Lausanne.

A Paleo, il y a aussi des gens qui ont 70 ans qui viennent en groupe, et qui ressortent (ou pas) leur tenue baba-cool d’il y a 40 ans. Et des personnes en fauteuil. C’est un peu compliqué, bien sûr, parce que c’est de la terre battue, mais il y a une estrade accessible pour les concerts.

Et enfin, on peut manger… oulà, mais de tout, de n’importe où, de la Poutine du Québec, des nans indiens, des empanedas mexicains et bien sur, des hot fondue : le centre du pain est remplacé par de la fondue moitié-moitié. Et le tout à des prix suisses, mais pas nécessairement exorbitant (ok, Leirnette a eu un vécu différent, mais elle a voulu faire exotique !)

Et si tout ça, ça marche vraiment, c’est grâce à l’organisation et à l’équipe de bénévoles.

Etre bénévole au Paléo, c’est réservé aux Happy few . Dire qu’on est bénévole au Paléo, ça se met sur un CV, c’est un peu comme avoir fait hôtesse au Salon de l’auto, mais en plus chic. Ca prouve que vous savez gérer le stress, mais en plus que vous êtes quelqu’un sur qui on peut compter. Les bénévoles ont tous les âges, les gens posent des jours de congés pour venir servir des bières dans les bars du Paléo. L’année, vous êtes cadre dans votre entreprise ? En juillet, vous vous baladez avec un talkie et un gilet jaune pour guider les voitures sur les parking. Ou vous posez des palettes par terre, parce qu’en cas de pluie, le terrain se transforme en torrent de boue.

Être bénévole vous donne droit à des invitations en plus de votre laisser-passer : c’est comme ça qu’on a pu venir.

Ah oui, Paléo, c’est aussi des concerts… Je vous en parle dans la prochaine Kro.

 

Ce contenu a été publié dans Concert, Tourisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Kro Paléo l’ambiance

  1. NP dit :

    Mais pourquoi ça s’appelle paléo ?

    • leirn dit :

      J’ai une info « inside » : Paléo est le nom d’un cheval sur lequel Rossela (le fondateur du festival) avait parié avant justement de faire le Paléo…

Les commentaires sont fermés.