N’est pas mort ce qui à jamais dort

Et pour ma part, si je ne m’étais pas exprimé ici depuis près d’une semaine, c’est tout simplement que je n’avais rien de suffisamment intéressant à y raconter. Et je n’ai pas l’intention de poster pour ne rien dire, même pour voir grimper le compteur du nombre de mes messages…
(accessoirement aussi, j’ai quelque peu manqué de temps pour moi ces derniers jours, ce qui n’a pas aidé. Les vacances sont finies…)

En plus, cet aprème, je me suis fait une looongue sieste. J’en suis le premier surpris, mais j’en avais probablement besoin…

Et pendant ladite sieste, j’ai rêvé d’un scénario de JdR. Ça a sans doute un rapport avec le fait que je n’ai toujours pas contribué au concours en cours, alors que son échéance est désormais dans moins de quinze jours ; et que je me pose de plus en plus la question de ma participation, non pour des raisons d’inspiration (le thème me branche beaucoup et j’ai choisi des idées de scénarios parmi celles qui me sont venues à l’esprit au départ, ne reste plus qu’à les développer), mais pour des raisons de motivation (pour tout dire, cette fois-ci je ressens un peu ça comme une corvée, et je ne suis pas convaincu qu’un scénario développé dans ces conditions donne quelque chose d’intéressant).

Quoi qu’il en soit, je doute que proposer un scénar imaginé en rêve soit une bonne solution. D’une part, il n’était pas vraiment en rapport avec le sujet, et d’autre part mes souvenirs en sont plutôt confus. Sans parler du fait que je doute fort de la cohérence finale de la chose…

Il s’agissait d’un scénario pour Rêve de Dragon, adaptable à Te Deum pour un massacre (!), que j’avais découvert sur internet et dont l’auteure était Hikaki.
Les personnages se trouvaient sur une barge qui descendait un fleuve (genre Danube), à une époque quelque part entre la fin du Moyen-Âge et le début des Temps Modernes. Arrivés aux portes d’une ville, une autre embarcation faisait naufrage juste à côté d’eux, et leur barge participait au sauvetage des survivants. Lesdits survivants étaient au nombre de 114, et ce nombre revêtait ici une importance particulière, à tel point que la garde de la cité en ouvrait les portes aux persos et que la population locale les considérait comme d’importants héros.

Malheureusement, je ne saurai jamais ce qui était censé se passer dans la suite du scénario, car je me suis réveillé…
Mais je pense que si je m’étais souvenu de tout, j’aurais pu vous en raconter un peu plus, car dans le rêve, c’était vraiment un gros scénario, bien foutu et intéressant.

Ce contenu a été publié dans JdR, Références cryptiques, Rêves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *