Le retour de Twill

Le nouveau volume du JdR Forgotten Futures (le onzième) est désormais disponible (gratuitement, bien sûr) sur le site officiel.

Cette fois ci, l’œuvre adaptée est les récits de SF de Stanley G. Weinbaum, dont la trop brève carrière d’écrivain de SF, commencée de main de maître en 1934 avec L’odyssée martienne, fut prématurément stoppée par son décès l’année suivante.

Je n’ai pas encore eu le temps de lire tout ça (je viens tout juste de le télécharger), mais comme les quelques nouvelles de Weinbaum que j’ai pu lire m’avaient bien plu (et avaient eu une influence sur certaines de mes créations rôludiques), je sens que ça va bien m’intéresser.
Et connaissant la qualité habituelle de la production de Marcus Rowland, ça devrait être bon !

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le retour de Twill

  1. Régis dit :

    Parle-nous de ce jeu, dont la critique du Grog est lapidaire : « Rien dans les règles, rien dans le background.  » :-)

    • Imaginos dit :

      Ah évidemment, si tu te bases sur ce qui est publié sur un site dont la politique éditoriale jadis instaurée par l’autocrate de service (à l’époque qui précéda mon éviction à la sagouin, prélude aux coupages de têtes qui sévirent ensuite) était qu’il n’y avait pas besoin de lire un bouquin pour en faire la fiche… (et si ce que tu cites est authentique, c’en est une splendide illustration) :-(
      (j’ose espérer que depuis que la dernière tête tombée est l’énorme melon de l’individu évoqué plus haut, les choses se sont améliorées)

      « Rien dans les règles » ?
      Ben non, effectivement, juste un système de jeu complet. Simple certes (et sans doute un peu trop à mon goût, en tous cas à l’époque où je l’ai découvert il y a une bonne douzaine d’années), mais complet.

      « Rien dans le background » ?
      Si le sombre individu qui a commis cette description lapidaire parle du bouquin de base publié en dur, c’est du même niveau que d’appliquer le même commentaire à GURPS, Hero, le Basic RPS, voire (A)D&D, et j’en passe. Un JdR générique (qu’il soit ou non universel) n’a pas de « background », par définition.
      S’il parlait de la gamme… Onze worldbooks aujourd’hui, au minimum quatre ou cinq lorsque le commentaire en question a été publié, c’est vrai que c’est un peu léger j’imagine… :-\

      Le plus simple est que tu te fasses ta propre opinion sur le site officiel, où tu pourras tout télécharger gratuitement.

      Non, sans dec’… Une description aussi à côté de la plaque et d’une telle mauvaise foi sur un site qui prétend être une référence ultime, j’en reste sur le cul. >:-(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *