La vérité, Marco, c’est que le peu qu’il me reste, on me l’enlève peu à peu…

Quand un quadragénaire engagé à gauche depuis toujours (en tous cas depuis qu’il est en âge d’avoir une conscience politique), instruit, cultivé, a priori raisonnablement intelligent, un gars qui a été syndiqué (et syndicaliste), manifestant, gréviste, bref, quelqu’un qui semble être d’aplomb, en vient à se dire, même si c’est seulement une pensée fugitive, qu’en 2012, la fille du borgne serait (faute de mieux évidemment) une option préférable à la réélection du nabot qui souille le costume présidentiel, on peut se dire que oui, vraiment, la France va vraiment mal.
Et on peut avoir les boules.

Mais du coup, je comprends un peu moins mal comment le vote ouvrier a pu en arriver à basculer d’un extrême à l’autre.
Ce qui ne m’empêche pas d’avoir effectivement salement les boules.

Ce contenu a été publié dans Monde de merde, Qu'est ce qu'on va devenir ?, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *