Standard of American Morphology

Dans son roman Forteresse, l’écrivain suisse Georges Panchard imagine une Amérique (dans la deuxième moitié des années 2030) dont les habitants ont un poids moyen de 330 lbs pour les hommes (et « seulement » 250 pour les femmes).
Dans l’édito d’aujourd’hui de la version en ligne du JTAS, Loren Wiseman raconte qu’il pesait 350 lbs il y a vingt ans, mais qu’il est retombé à 285 lbs. Son objectif serait de descendre à 220 lbs et de s’y maintenir. Et il ajoute que pour un homme de sa taille (6 ‘ 3 « , soit 1,905 m si on convertit vers des unités de mesure civilisées), le poids idéal est de 180 lbs (soit environ 81,65 kg) ; ce qu’il trouve squelettique.
Alors certes, j’admets qu’un homme d’1,90 m puisse se permettre de peser quelques kg de plus que ça s’il est bien musclé ; mais de là à considérer le poids idéal comme squelettique, il y a un grand pas que je ne franchirai pas. Et 220 lbs, son objectif donc, ça correspond à quelques grammes près à 100 kg, ce qui est beaucoup pour un sédentaire d’1,90 m.
Je pense qu’à force de se voir gros et d’être entouré de gros, on finit par voir son standard de référence dévier nettement vers l’obésité, sans qu’on s’en rende compte…
Bref, tout ça pour dire que Panchard était malheureusement sans doute nettement en deçà de la réalité à venir…

Ce contenu a été publié dans Qu'est ce qu'on va devenir ?, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Standard of American Morphology

  1. Jérôme dit :

    Les standards anglo-saxons sont un brin au-dessus des nôtres en la matière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *