Y a des klicks qui se perdent

À plusieurs reprises dans ma lecture de À travers la mer des soleils, le deuxième volume du cycle du Centre galactique de Gregory Benford, j’ai été interloqué par l’emploi d’une mesure de distance dont la valeur n’était expliquée nulle part, l’impulsion.
Mais plus j’y repense, et plus je suis persuadé qu’il s’agit d’une erreur de plus à mettre au compte des traducteurs, qui ont probablement séché sur l’argot klick, qui signifie tout simplement kilomètre.
Comme quoi, cette V.F. datant de 1985, il y a bien longtemps que les traductions françaises de bouquins de SF laissent à désirer. Et si je ne m’en rends compte que depuis moins de vingt ans, c’est sans doute surtout pasqu’auparavant, je ne maîtrisais pas suffisamment bien l’anglais pour m’en rendre compte à travers le filtre du texte (prétendument) français.

Ce contenu a été publié dans Qu'est ce qu'on va devenir ?, Quand tu sais pas, tu m'demandes, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *