Épistémophilique

Étant données mes déceptions quasi-systématiques avec les ouvrages abordant le JdR sous l’angle de la sociologie, je crains fort qu’il ne me soit préférable de faire l’impasse sur Dungeons & Dragons and Philosophy, à paraître cet automne.
Je changerai peut-être d’avis selon ce qu’en diront les critiques…

Ce contenu a été publié dans JdR, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Épistémophilique

  1. Phersu dit :

    Je dois avouer que même à moi, qui serais pourtant vraiment dans le public visé comme rôludiste et fan de philosophie, cela ne semble pas très attirant et je ne l’ai même pas commandé.

    Le problème de cette collection Pop Culture & Philosophy est que les articles sont souvent de simples prétextes pour exposer des arguments finalement très simples. Par exemple, là, des banalités comme « Que serait un monde où la Moralité Loyale-Bonne du Paladin serait la seule valeur morale « objective » ? » ou bien « Vous êtes vous déjà demandé s’il était vraiment si moral de génocider des Orcs ? »…

    • Imaginos dit :

      Bon, eh bien si toi-même tu penses que ça n’a que peu d’intérêt, ça me renforce dans mon intention de faire l’impasse…

      > “Vous êtes vous déjà demandé s’il était vraiment si moral de génocider des Orcs ?”

      Oui. :-)
      C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’ai été assez réceptif à un jeu comme Orkworld…

      • Phersu dit :

        C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’ai été assez réceptif à un jeu comme Orkworld…

        Oui, je crois que cela nous a tous « travaillés » dès qu’on a joué un peu à D&D (même si on m’accuse alors d’avoir une vision « politiquement correcte »).

        Earthdawn avait déjà commencé à remettre en cause le manichéisme sur les Orks et j’ai fait une campagne Goblinquest où les joueurs interprétaient les héros fondateurs d’un peuple de Gobelins cannibales.

        Gary Gygax avait été assez choquant quand il avait dit dans un numéro de Dragon qu’il était « évident » que le Paladin devait aussi tuer les enfants orcs puisqu’ils deviendraient nécessairement Chaotic Evil. Cela en fait donc un peuple de Démons sans aucun libre-arbitre et sans rédemption possible.

        Ptolus a une réligion qui essaye de rééduquer avec plus ou moins de succès les monstres et dans Glorantha, il y a au moins un Broo purifié du Chaos par Chalanna Arroy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *