Formalisme administratif

Ça y est, j’ai procédé à mon recrutement estival pour renforcer dès lundi prochain mon équipe salement affaiblie par deux départs (dont un imprévu).
Plus ça va, plus mes nouvelles recrues sont jeunes : cette fois-ci, c’est encore un nouveau record, qui bat le précédent de six mois : une étudiante qui non seulement pourrait être ma fille, mais n’a carrément même pas vingt ans. Tout ça ne nous rajeunit pas…
Et ce qui m’a amusé, c’est de voir à quel point elle y met les formes, dans sa candidature tout d’abord (c’est elle qui m’avait débité un laïus tout préparé il y a une semaine, et le message qu’elle m’a envoyé en fin de semaine dernière n’était pas mal non plus dans le genre), puis maintenant que le marché est conclu, dans ses relations avec son futur chef. Ayant eu un souci informatique ce matin en m’envoyant les pièces nécessaires à son dossier de recrutement, elle m’a rappelé cet aprème et, une fois le problème identifié (elle s’est fait jeter par notre serveur pour cause de message trop lourd : il fallait donc simplement envoyer les pièces jointes en plusieurs fois), alors qu’elle procédait à la manipe tout en restant au téléphone avec moi (donc que je savais pertinemment ce qu’elle m’envoyait et quand elle me l’envoyait), elle s’est quand même fait chier à chaque fois à me taper un message très formel accompagnant et présentant les pièces jointes en question.
On va mettre tout ça sur le compte de la jeunesse, de la différence d’âge, et de l’aspect impressionnant que peuvent avoir mon titre (je me demande d’ailleurs si elle ne m’en a pas donné un peu au téléphone, alors que pour ma part je ne l’ai jamais utilisé vis-à-vis d’elle) et mon poil blanchi sur un esprit si jeune. Mais va falloir qu’elle se débride un peu, sinon elle ne survivra pas longtemps chez nous…
M’demande comment j’aurais fait dans la même situation à son âge. Probablement à peu près pareil…
Et m’demande aussi combien de temps il lui faudra une fois en poste pour arriver à me tutoyer, comme c’est l’usage dans l’équipe. Si jamais elle y arrive, d’ailleurs : ça ne me parait pas gagné.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *