En eau trouble (musculo-squelettique)

(oui, je suis encore vivant… simplement, d’une part je suis plutôt occupé, entre mes soucis domestiques (de domus, la maison) et mes journées de boulot à rallonge, et d’autre part, quand je n’ai rien d’intéressant à raconter ici, je ne poste pas…)

Suite à la dernière réunion du CHSCT, nous sommes en train de rédiger au boulot le document unique qui fait un tour d’horizon des dangers et risques d’accidents auxquels nous sommes exposés, et des moyens de prévention mis en place ou envisageables. Ce n’est pas moi qui m’y colle, j’ai confié le boulot à ma responsable hygiène et sécurité, mais je suis l’affaire d’assez près.
Aujourd’hui, après avoir fait le tour des dangers dans l’usine elle-même, nous nous sommes penchés sur ceux auxquels nous sommes exposés dans d’autres locaux : le bureau et les vestiaires.
Entre autres risques dans ce dernier endroit, les chutes sur un sol mouillé et glissant au sortir de la douche. Et puis, comme la moitié au moins de mon équipe est ou a été affectée par des troubles musculo-squelettiques liés au boulot (dont mes problèmes d’épaule de cet été, et l’actuel arrêt-maladie de mon adjointe pour plusieurs semaines, qui me plombe salement dans l’organisation de l’équipe), ce qui fait que nous sommes particulièrement sensibilisés à ce genre de problèmes et qu’il a été mentionné à plusieurs reprises dans le document unique, nous sommes partis dans un délire sur les risques de TMS liés à de mauvais gestes et postures sous la douche, au cours duquel j’ai expliqué pince-sans-rire à ma collègue que, comme elle prenait sa douche à l’usine (pour avoir une moins grosse facture d’eau à payer…), il fallait qu’on regarde comment elle s’y prenait afin de lui permettre si nécessaire de corriger le tir. Ça l’a beaucoup amusée et elle a même proposé, puisque nous allons avoir bientôt une session de prévention avec un formateur spécialisé en prévention des TMS, de le faire passer, non seulement dans l’usine pour voir comment nous travaillons, mais aussi dans le vestiaire ; proposition que je ne manquerai pas de lui ressortir le jour venu, même si je crains qu’elle prétendra alors qu’il s’agissait d’une plaisanterie…

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *