Kro en résumé : Années-lumière, années de guerre

Années-lumière, années de guerre
David Gerrold
Temps futurs, copyright 1982
ISBN : 2.86607.024.0
V.O. : Yesterday’s children, copyright David Gerrold 1972
275 pages

Roman de SF militaireanneeslumiereanneesdeguerreC’est du space opera technologique (on nous explique en long en large et en travers comment les vaisseaux se déplacent dans l’hyperespace), mais un peu à l’ancienne (avec des règles à calcul (même s’il y a aussi des ordinateurs, mais ils sont plutôt du genre super-calculateurs)).
Un vieux destroyer spatial d’un modèle obsolète et bon pour la réforme, est rafistolé de partout et envoyé en patrouille dans un secteur supposé calme. Alors qu’il a quitté sa base depuis près de deux ans (avec toutes les conséquences que ça implique sur les esprits et le moral d’un équipage vivant en huis-clos dans un espace exigu), il détecte brusquement sur ses radars l’écho d’un vaisseau ennemi, et se lance à sa poursuite.
Le commandant du destroyer est un officier pantouflard qui essaie désespérément de se faire muter dans un bureau pour y finir sa carrière. Mais en réalité, le maître à bord est son second, un officier jeune, ambitieux, visiblement compétent mais aussi très rigide, exigeant et strict (ce qui ne lui a pas attiré la sympathie de l’équipage). Ce dernier veut affronter (et vaincre) le vaisseau ennemi, bien que son propre appareil ne soit pas vraiment en état pour cela, et cette volonté tourne à l’obsession. Le commandant quant à lui aspire à rentrer à la base, convaincu qu’il est que le destroyer et son équipage, inaptes au combat, ne survivraient pas à la confrontation.
C’est parfois un peu daté, mais j’ai bien aimé dans l’ensemble.

Ce contenu a été publié dans Kros, SF, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Kro en résumé : Années-lumière, années de guerre

  1. Asmodeus dit :

    Une vieille collection, un vieux livre pour un roman un peu daté. C’est dans cette collection que j’ai commencé la saga des Berserkers de Saberhagen. Souvenirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *