Do you copy ?

Ayant décidé cette année de relancer sérieusement le complètement de ma ludothèque, je me retrouve depuis quelques semaines à fréquenter en dilettante le milieu des collectionneurs (j’entends par là, des gros collectionneurs ; je suis collectionneur moi-même, mais je parle là de gens beaucoup plus atteints que moi).
Comme tous les milieux spécialisés, celui-ci possède son propre jargon, dont je ne maîtrise pas forcément toutes les subtilités. Ainsi, j’ai mis un certain temps à comprendre l’expression copie de jeu.
Une copie de jeu, pour moi, ça s’entend par opposition à un original : c’est par exemple et le plus souvent un exemplaire photocopillé, comme ça se pratiquait beaucoup aux tables auxquelles je jouais quand j’étais lycéen ou étudiant. Mais ici, ça n’est pas ça du tout : copie vient du faux-ami copy, qui signifie exemplaire, et une copie de jeu est donc un exemplaire utilisé pour jouer (et donc, abondamment manipulé, avec l’usure inévitable que ça implique), par opposition à un exemplaire de collection qui se contente de rester sur son étagère.
Comme pas mal des bouquins de ma ludothèque ont été utilisés pour jouer (ou sont destinés à connaître cet usage si j’en ai l’occasion), ainsi que le prouve l’état pitoyable de mon Basic Set 3rd edition, en miettes après des années d’utilisation intensive, ce concept m’est totalement étranger (la seule copie de jeu que j’ai, ou plutôt la seule copie de collection, bref, le seul doublon de ma ludothèque, c’est la carte des Marches Directes publiée par Mongoose il y a quelques années).

Au passage, il y a un autre terme dont j’ai du mal à saisir la signification, c’est exemplaire de collection. Enfin, je pense comprendre ce que ça veut dire pour un collectionneur ; c’est sa signification pour les vendeurs de JdR d’occase qui m’échappe. Pasque quand je vois un jeu présenté sous ce terme, puis que j’apprend en consultant le détail de l’annonce que les feuilles du bouquin sont dans des pochettes plastique (donc que le bouquin a été sauvagement massacré), je me dis que ça doit avoir un sens très particulier que je ne comprend pas pour l’instant.

Ce contenu a été publié dans Façon de parler, JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *