La carte n’est pas le territoire

C’était donc aujourd’hui le fameux séminaire pour lequel je devais covoiturer avec ma chef. Quinze heures sans prendre mes médocs, j’ai assez bien tenu le coup malgré quelques craintes en début de matinée.
Comme ça commençait finalement une demi-heure plus tard qu’initialement prévu, non seulement nous avons pu effectivement nous donner rendez-vous à six heures, mais elle était plus en avance que moi (faut dire que j’avais estimé que même pas cinq minutes seraient bien suffisantes : avant l’heure, c’est pas l’heure…).
Et comme la route a quand même été vachement bien refaite depuis une vingtaine d’années, on a mis 35 mn de moins que ce qu’il fallait il y a une bonne vingtaine d’années (donc que ce que j’avais prévu) : on aurait donc pu partir encore plus tard.
L’aller a été un peu lourd (surtout que j’espérais qu’elle serait mal réveillée et qu’elle dormirait plus ou moins, mais ça n’a pas été le cas), mais moins que je ne le craignais.
Avec quand même cet échange quelque peu cocasse (retranscription approximative, je ne voulais pas sortir mon calepin pour le noter sous son nez tout en conduisant) :
« On ne ferait pas mieux de prendre l’autoroute là ? »
Moi : « Non, et en plus je sais pas où elle arrive. » (tu m’as laissé le volant pasque je connais la route et pas toi, alors laisse moi suivre l’itinéraire dont j’ai décidé ; et surtout, je sais que la route que je prend m’amène pile poil là où on va, par le chemin carrossable presque le plus court, alors que l’autoroute nous obligerait à faire deux détours : un pour la prendre et un pour la quitter).
Elle sort une vieille carte Michelin de la boîte à gants.
Moi, jetant un œil en travers sur le modèle de la carte (tout en gardant l’autre œil sur la route ; je suis un (ancien) professionnel de la route, don’t try this kids !) et constatant qu’elle n’est pas toute jeune : « Votre carte est trop vieille, l’autoroute va pas être dessus. »
« Ah bon ? »
« L’autoroute, elle est récente. »
« Vous croyez ? »
Sans blague, tu crois ptêt que je dis ça pour alimenter la conversation ? Je connais ptêt pas tous les virages qui ont été refaits, ni tous les nouveaux ronds-points, ni les nouvelles portions en 2×2 voies, mais les travaux de construction de l’autoroute dans sa portion la plus amont, ça fait un moment que je les suis, j’ai même une copine agricultrice qui a dû céder des terrains à la société d’autoroute ; et donc, je sais pertinemment que ça ne fait pas longtemps qu’ils sont finis…

Le retour fut moins pénible, les sujets de discussion étant plus intéressants.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles, Quand tu sais pas, tu m'demandes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *