Renforçons l’amitié proclament vos slogans

C’est dingue à quel point les gens, une fois qu’ils ont acquis certains avantages (ou peut-être faudrait-il parler de privilèges ?), oublient vite d’où ils viennent, voudraient que les autres en chient tout autant quand on leur propose d’(essayer d’)accéder aux mêmes avantages, et les jalousent pour les efforts qui sont faits par leur entourage (et même parfois, par l’administration elle-même) pour leur permettre de (tenter de) se hisser au même niveau.
Je connais un paquet de gens qui ont rêvé (et souvent aussi, médit) sur le statut de fonctionnaire, puis l’ont obtenu, et ont alors retourné leur veste et tenté de rendre plus difficile l’accès à leur élite pour ceux qui tentent de suivre un parcours similaire.
Je me demande si c’est le statut qui veut ça et si je ferais pareil si un jour je devenais à mon tour fonctionnaire. Mais comme il y a peu de chances que ça m’arrive un jour, ça risque fort de rester une question sans réponse.
En attendant, ma mentalité est qu’il faudrait plutôt se réjouir de l’accès des autres à des avantages ; qui certes lorsqu’ils deviennent de plus en plus courants ne méritent peut-être plus tout à fait ce nom, mais qu’importe…

Ce contenu a été publié dans Les cons, ça ose tout, On n'a pas des métiers faciles, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Renforçons l’amitié proclament vos slogans

  1. Mithriel dit :

    Je vois ça à longueur d’année, des fonctionnaires qui compatissent à la situation précaire de leurs collègues contractuels mais s’estiment dévalorisés quand ils ont une occasion d’être titularisés (ou même « CDIser ») sans passer par le sacro-saint concours, garant d’équité (c’est bien connu).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *