Le trésor de Rodwell le rouge

On savait déjà que la société Moulinsart, qui gère les droits sur l’œuvre d’Hergé, n’était intéressée que par une seule chose : se faire un max de fric grâce à Tintin.
Mais visiblement, on sous-évaluait le phénomène d’un ou deux ordres de magnitude

Ce contenu a été publié dans Les cons, ça ose tout, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Le trésor de Rodwell le rouge

  1. 賈尼 dit :

    Je n’ai jamais compris l’engouement suscité par Tintin. C’est moyennement bien dessiné, les aventures n’ont aucun suspense (il va gagner), l’humour est très moyen… mystère absolu. Alors, que des tintinolâtres se fassent traîner en procès par l’objet même de leur adoration, je trouve ça plutôt drôle.

    • Imaginos dit :

      > que des tintinolâtres se fassent traîner en procès par l’objet même de leur adoration

      Je doute fort que Nick Rodwell et ses gros sous soient l’objet de l’adoration des tintinolâtres, même des plus atteints.

      • 賈尼 dit :

        Je pensais plutôt à « Tintin » comme à une sorte de personnalisation d’une entité somme toute abstraite ou du moins lointaine. Un peu comme quand on dit « je vais chez Mickey » pour dire « je vais à Disneyland » :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *