Obsolescence presque programmée

Quand j’avais acheté ma perceuse sans fil il y a bientôt deux ans, mon ami Barbare m’avait déclaré ceci :

J’espère que tu ne seras pas déçu.
Pour moi, Bosch, ce n’est plus vraiment synonyme de qualité.

Je m’en suis bien souvenu tout à l’heure… Car ayant quelques menus travaux à faire, je l’avais ressortie ce soir pour percer une douzaine de trous et visser autant de vis sans me fatiguer. Mais pas moyen de la faire fonctionner. Et contrairement à ce que je me suis dit en premier lieu, ce n’est pas tout bêtement le chargeur qui se serait vidé pendant les quelques mois où je ne m’en suis pas servi, puisque les deux étaient à bloc.
Heureusement, elle est encore sous garantie pendant presque un mois.
Enfin, j’espère. Pasque je n’ai pas retrouvé le moindre papier de garantie, juste le ticket de caisse de la grande surface spécialisée en bricolage où je l’avais achetée (ticket qui par chance est resté parfaitement lisible). J’ai même rien du tout qui indique qu’elle était garantie deux ans.
Je vais quand même retourner les voir avec ça, j’espère que ça leur suffira… Pasque j’ai pas vraiment prévu dans mon budget de la fin de l’année de me payer une nouvelle perceuse. Et surtout pas ce mois-ci, alors que c’est la semaine prochaine que je prévoyais de faire le reste de mes travaux (enfin, le reste… le reste de ce que j’avais prévu à très court terme, évidemment).

Remarquez, je me demande si ce n’était pas plus ou moins fait exprès, et si elle ne serait pas tout simplement tombée en panne un mois plus tôt que prévu.

Ce contenu a été publié dans Ma vie est un drame, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *