Défi 2014 : scénario n° 16, les commentaires

Ce tirage était le trentième de la série.

Au départ, je prévoyais de le développer pour Blue Planet. Mais ayant finalement utilisé ce contexte pour mon dix-huitième tirage (et sixième scénario), j’ai pu le recycler pour Dark Conspiracy.
En fait de Dark Conspiracy, je n’ai fait appel à aucun des éléments surnaturels du jeu, à part la vague mention de demongrounds en toile de fond. Du coup, c’est plus sur l’aspect futur proche du jeu, sur son côté cyberpunk mettant beaucoup plus l’accent sur le -punk que sur le cyber-, sur son côté anticipation sociale tellement visionnaire qu’il en est parfois glaçant, que le scénario s’appuie. Du coup, son recyclage vers d’autres futurs proches serait assez simple.

L’histoire devait au départ être un peu différente : ça devait se passer sur une île (dans l’État d’Hawaï pour Dark Conspiracy), une entreprise pharmaceutique ou chimique devait contaminer accidentellement une partie de l’île, provoquer l’évacuation des quelques habitants sous un prétexte fallacieux, et tenter de décontaminer une fois la zone désertée, avant que les autorités ou les journalistes (ou qui que ce soit d’autre) ne réalise ce qui se passait vraiment. N’étant pas particulièrement inspiré par cette première piste, j’ai déplacé tout ça vers la côte ouest des États-Unis et jeté mon dévolu sur la région de la Palouse (qui m’a ensuite permis quelques jeux de mots laids).

Je ne suis pas complètement satisfait de mon œuvre, mais tant pis : c’est un problème que j’ai rencontré plusieurs fois lors de ce défi : en m’évertuant à vouloir coller au mieux aux tirages sur le giannirateur, je me suis parfois retrouvé avec des créations un peu bancales, ou alambiquées. Comme je l’ai expliqué dans un bilan sur le défi 2014, j’ai fait ce qu’il ne faut surtout pas faire : considérer le résultat du tirage comme une fin en soi, et non comme un moyen d’atteindre l’objectif (qui était d’écrire un scénario). C’est qu’inconsciemment, outre le défi des quarante scénarios, je m’étais imposé un second défi sous-jacent, qui était d’utiliser au mieux (au plus proche) les tirages du giannirateur, histoire d’en démontrer une fois de plus (si besoin était) l’efficacité. Je pense que si mon seul et unique but avait été d’écrire un scénario, j’aurais pris certaines libertés avec le résultat des tirages, ou j’en aurais refait certains.

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *