L’heure des bilans (2) : 2015 en musique

Dans la rubrique nécrologique du rayon musical, on retiendra entre autres pour 2015 les noms de B.B. King, de Phil Taylor et de Lemmy Kilmister.

Côté dissolutions, il y aura donc Motörhead (à cause de la mort de Lemmy…), Sister Sin et Arven.
J’ai également appris que Hëssler avait remplacé sa nouvelle hurleuse par un hurleur, ce qui à mes oreilles enlève au groupe tout son intérêt.
J’ai aussi eu quelques inquiétudes au sujet de Nightmare suite au départ des frères Amore, mais ils ont recruté Magali Luyten (ex Virus IV et Beautiful Sin) pour reprendre le crachoir, et cet excellent choix m’a rassuré. Il me tarde donc de pouvoir écouter ce que le nouveau Nightmare va donner…
Côté reformations, il y aurait bien celle de Sacrilege, mais bien que je ne l’ai appris que cette année, elle date en réalité de 2014.

La production musicale de 2015 a été assez faible : à peine plus de soixante albums notables (dont deux que je n’ai toujours pas réussi à me procurer, même si j’ai quand même réussi à en écouter un). Les années précédentes avaient été plus prolifiques.

L’album de l’année est sans conteste Endless Forms Most Beautiful, de Nightwish, leur premier avec Floor Jansen au crachoir (mais espérons le, loin d’être le dernier). Elle est assurément et de loin la plus grande voix féminine du circuit actuel, et elle va enfin permettre de faire cesser la guerre entre partisans d’Anette et de Tarja, en mettant tout le monde d’accord et en faisant oublier ses deux prédécesseures (ce qui n’était pourtant pas une mince affaire).endlessformsmostbeautifulIl devance dans l’ordre Disclosure de Wildpath (sans doute le groupe dont les progrès m’ont le plus épaté cette année, même si en réécoutant leurs précédents albums, ça n’est pas complètement surprenant), Battering Ram de Saxon (toujours bien placés, mais qui courent après la première place depuis 2007 et The Inner Sanctum), et Unholy Savior de Battle Beast.
Et à la cinquième position de mon top 5, je place le premier album de la révélation de l’année : Songs of Love and Death de Beyond the Black.
Parmi les albums les plus dignes d’intérêt de cette année 2015, on citera aussi ceux de (dans l’ordre alphabétique) Amorphis, Blind Guardian, Girlschool, Helloween, Lady Beast, Leaves’ Eyes, Moonspell, Motörhead, Sacred Blood, Sirenia, Tank, U.D.O., WASP, Whyzdom, Witches et Zandelle.
Hors du metal, on mentionnera House of Lords, Joe Satriani et UFO.
Et une mention spéciale pour le retour de T’Pau, même si leur nouvel album est en deçà de ceux des groupes précédemment cités.
Une bonne année donc pour la qualité globale, qui compense la quantité moindre. Et dans le fond, c’est beaucoup mieux ainsi.
On notera que les groupes français tirent fort bien leur épingle du jeu en 2015, puisque j’en ai retenu trois dans ma liste, dont l’un a même occupé la première place jusqu’à la sortie du Nightwish (mais Yotangor reste muet, à mon grand regret ; je commence même à me demander sérieusement s’ils existent encore).

Ce qui compense aussi la quantité moindre, ce sont les rééditions de vieux groupes de metal français chez le label grec No Remorse : cette année on a eu droit à Présence, Steel Angel et surtout Titan, et ils annoncent Mistreated pour janvier 2016 (et le groupe anglais Masque pour une date encore indéterminée). Citons aussi (mais pas chez No Remorse) la chouette compile quatre disques de Golden Earring.

En très bof, car il y a aussi eu du bof, je citerai Bob Dylan, Def Leppard et Zazie.

Mais dans l’ensemble donc, 2015 aura été une fort bonne année sur le plan musical.

Ce contenu a été publié dans Zique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *