It’s only a flesh wound

Faudrait que je finisse un jour par comprendre que quand le toubib veut me coller un arrêt de travail, la bonne attitude à avoir n’est pas de lui dire “Vous rigolez docteur ? Je ne vais pas m’arrêter pour si peu…” mais bien de répondre “D’accord” et de ne pas moufter.

This entry was posted in Ma vie est un drame, On n'a pas des métiers faciles. Bookmark the permalink.

4 Responses to It’s only a flesh wound

  1. Olivier Dubreuil says:

    Tant qu’on n’est pas à 0 HP…

  2. FaenyX says:

    J’ai longtemps été du genre à aller bosser jusqu’au bout et l’ai souvent regretté. Je n’en dirais pas autant des arrêts de travail que j’ai accumulé ces derniers mois.
    Take care, camarade !

    • Imaginos says:

      Merci… :-)

      Quinze jours d’arrêt pour commencer, et du kiné pour une durée indéterminée (+ une séance de rebout… d’ostéopathe ce matin, programmée juste avant que la machine ne lâche). J’espère qu’après ça, ça ne se connaîtra plus…

  3. Rappar says:

    ça doit être grave pour que tu t’arrêtes… Tous mes voeux (bis ;))

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *