Calculs politiciens

Or donc, monsieur le maire, qui si j’ai bien tout suivi a voté pour le nouveau président dès le premier tour, est candidat aux législatives sous l’étiquette, non pas du parti dudit président, mais de l’alliance dont fait partie le groupuscule auquel il est lui-même encarté.
Et donc, face à la candidate officielle du parti présidentiel.
Je ne cherche pas à comprendre la cohérence de tout ça (j’imagine qu’il préfère obtenir lui-même une miette de pouvoir plutôt que voter pour ses convictions, ou sans doute plutôt l’absence d’icelles). Mais ce que je vois, c’est que, ne voulant pas donner mon suffrage à ce candidat invertébré, je vais pour ma part me retrouver (faute de mieux) à voter pour un troisième candidat, portant les couleurs d’un parti pour lequel je n’aurai jamais cru voter un jour au premier tour d’une élection autre que municipale.
Des fois, je me demande pourquoi je persiste à me lever tôt le dimanche matin pour aller accomplir mon devoir civique…

This entry was posted in Les cons, ça ose tout, Qu'est ce qu'on va devenir ?. Bookmark the permalink.

2 Responses to Calculs politiciens

  1. Rappar says:

    Beuh quelle excuse! Tu peux te lever plus tard, les bureaux de vote sont ouverts jusqu’à 19h ;)

    • Imaginos says:

      Une fois que la corvée est accomplie, j’ai toute ma journée pour moi.
      Voter est une chose pour laquelle je ne procrastine jamais.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *