Conclusion générale sur les Annales du Disque-monde

Je voulais vous faire une conclusion générale sur la série, mais s’agissant d’une saga que j’ai lue sur une période de près de vingt ans, ça serait un peu ambitieux de ma part. D’autant que l’ensemble n’a pas vraiment d’unité (les premiers volumes sont vraiment du med-fan’ parodique et donnent au Disque-Monde sa réputation pas complètement exacte de série humoristique à tendance loufoque ; puis le ton évolue vers des choses moins “purement humoristiques”, avec des sujets sérieux). On pourrait presque la décomposer en “sous-cycles” (dont les tomes ne se suivent pas), avec les mages, les sorcières, la Mort, le guet, Moite von Lipwig, etc… ; et à côté de ça il resterait quelques inclassables. Cependant, et c’est particulièrement net sur la fin, les volumes contiennent des allusions à de précédents tomes qui ne peuvent être saisies que si on a lu lesdits tomes.
En tous cas, vous pouvez arrêter votre lecture juste avant Déraillé, qui est vraiment pour moi le volume de trop.

This entry was posted in SF and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *