Mauvaise mémoire alpha

Une discussion récente avec un trekkie de mes amis m’avait incité à me lancer dans le visionnage de la nouvelle série Star Trek, Discovery.
Mais si je ne l’avais pas fait jusqu’à présent, il y avait une très bonne raison, que j’avais malheureusement oubliée.
Déjà, dès le deuxième épisode au moins, je râlais pasqu’on retrouvait le pipeau scientifique qui est quelque peu une marque de fabrique de Star Trek. Mais quand est arrivée l’histoire des spores, puis du mycélium, puis du Tardigrade, j’ai été de plus en plus atterré.
J’irai jusqu’au bout de cette première saison, mais elle a intérêt à placer la barre très haut pour espérer que je m’intéresse à la suite.

This entry was posted in J'ai pas la télé, Références cryptiques, SF and tagged , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to Mauvaise mémoire alpha

  1. Alias says:

    J’aurais tendance à dire que les gens qui regardent de la science-fiction parce qu’il y a le mot “science” dedans n’auront ce qu’ils méritent. Surtout quand il s’agit de Star Trek.

    (Disclaimer: j’ai bien aimé Discovery.)

    • Imaginos says:

      Ouais, enfin y a des limites à ma tolérance au n’importe quoi.
      Et elles sont encore plus rapidement atteintes quand on ne fait absolument pas d’effort pour cacher (ou du moins, pour atténuer) le fait que c’est du n’importe quoi.
      Star Trek sombre souvent dans le n’importe quoi, mais c’est la première fois que je le vois s’y abîmer à ce point-là. Il va vraiment falloir que les derniers épisodes redressent très sérieusement la barre pour que je continue au-delà de ces quinze premiers.

  2. Roger Barnoud says:

    Je reconnais qu’il faut être bon public (et je suis un Trekkie bon public car j’ai quand même bien aimé Discovery) pour avaler cette histoire de réseau mycélien. Cela dit cette théorie ne vient pas de nulle part. Le personnage du lieutenant Paul Stamets ne porte pas ce nom pour rien puisque c’est celui d’un scientifique spécialiste des champignons ayant écrit plusieurs ouvrages autant admirés que, je pense, aussi controversés.
    Non, le plus intéressant dans cette série, comme dans la plupart des séries Star Trek, est l’évolution des personnages et les dilemmes auxquels ils sont confrontés. Pour le moteur sporique, la vraie question reste comment les scénaristes vont l’évacuer du contexte vu que la Fédération n’a pas continué à l’exploiter. En même temps ce n’est pour l’instant qu’un prototype et plusieurs pistes de réponse s’ouvrent. Mais s’il y a une réponse définitive…. Elle ne devrait pas arriver avant la 2e saison.

    • Alias says:

      Je suis assez d’accord sur le fait que le réseau mycélien et tout le charabia qui va avec ne sont pas les éléments les plus intéressants de la série. S’y arrêter est une erreur.

      • Imaginos says:

        Je n’ai pas pu. Et le Tardigrade, même s’ils l’ont éjecté de l’histoire au bout de quelques épisodes, m’a achevé.
        Déformation professionnelle, peut-être. Ils auraient trouvé une explication à base d’état subquantique des particules, ça aurait été tout autant pipeau mais ça serait beaucoup mieux passé.

        On se serait cru dans Farscape… :-(

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *