Kro en résumé : Nouvelle histoire des relations internationales

Série d’ouvrages historiques sur la géopolitique, initialement prévue pour comprendre six volumes, mais dont trois seulement sont parus

Nouvelle histoire des relations internationales – 1
Géopolitique du XVIe siècle
1490-1618
Jean-Michel Sallmann
Éditions du Seuil, collection Points Histoire
H318
ISBN 2-02-037497-8
© Éditions du Seuil, février 2003
413 pagesCe premier tome consiste principalement en un topo géopolitique (expansions territoriales, luttes de pouvoir internes, guerres) de la fin du XVème siècle jusque parfois assez loin dans le XVIIème. Il ne se limite absolument pas à l’Europe, puisque le premier chapitre fait un tour d’horizon complet (ou presque) de la planète, et que sur les quatre autres, un traite des États musulmans (Empire Ottoman en tête), un de l’Extrême-Orient, un de l’expansion européenne vers les autres régions du monde, et un seul de l’Europe elle-même.
C’est concis mais ça présente un panorama clair et très intéressant de la période un peu partout dans le monde. Notez qu’avoir un bon atlas sous la main est un plus pour bien saisir certains éléments.

Nouvelle histoire des relations internationales – 2
Guerre, paix et construction des États
1618-1714
Claire Gantet
Éditions du Seuil, collection Points Histoire
H319
ISBN 2-02-039513-4
© Éditions du Seuil, novembre 2003
421 pagesCe volume est malheureusement beaucoup plus européocentré (Empire Ottoman inclus) : à quelques rares vagues évocations près, le reste du monde n’est envisagé que dans le cadre de l’expansion européenne.
Intéressant, mais ça m’a nettement moins plu que le précédent, en partie à cause de son européocentrisme.

Nouvelle histoire des relations internationales – 3
De la paix des rois à l’ordre des empereurs
1714-1815
Jean-Pierre Bois
Éditions du Seuil, collection Points Histoire
H320
ISBN 2-02-037498-6
© Éditions du Seuil, février 2003
500 pagesCe volume aussi est presque exclusivement européocentré (Empire Ottoman compris). Le reste du monde (au-delà de l’indépendance des États-Unis) est là encore principalement envisagé dans le cadre de l’expansion européenne ; mais il y a quand même des bouts sur le monde « hors d’Europe ».
J’ai malheureusement décelé une erreur : à propos des expéditions géodésiques françaises, l’auteur affirme à tort que Maupertuis a pris part à celle de La Condamine au Pérou. C’est ptêt un détail mineur, mais combien d’autres erreurs me sont passées inaperçues, faute d’une connaissance suffisante du sujet ?
Ceci mis à part, c’est un très intéressant panorama synthétique de la géopolitique européenne sur la période.

En conclusion globale sur ces trois tomes, il s’agit à chaque fois d’un tour d’horizon concis. Connaître déjà un peu les grandes lignes des périodes traitées et disposer d’un atlas historique aide à la bonne compréhension de ces ouvrages ; mais comme synthèse, c’est plutôt bien fait. Dommage que les trois autres tomes ne soient jamais parus…

Ce contenu a été publié dans Dur dur, la culture, Kros, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *