Kro en résumé : Jurassic World : Fallen Kingdom

Jurassic World : Fallen Kingdom
(2018)

Cinquième volet de la série Jurassic Park, suite quelques années plus tard de Jurassic WorldSi j’étais gentil, je vous dirais que c’était le film de trop dans la série ; mais comme je ne suis pas gentil, je pense qu’on aurait pu le dire du précédent, si ça n’avait pas déjà été le cas de l’antépénultième. Enfin bref.
Donc, vous connaissez la recette, des dinosaures en images de synthèse, sur une île inhabitée (celle qui abritait le parc du précédent épisode), et la situation qui dérape, mais à la fin les héros s’en sortent.
Les dinosaures (et autres reptiles mésozoïques) en images de synthèse, c’est comme d’hab’ le principal intérêt du film (oui, pasque l’histoire est franchement lamentable, incohérente et bourrée de trous). Mais on en est déjà au cinquième film dans la série, c’est devenu d’un banal, on est franchement blasés, et ils ont beau nous en inventer un nouveau, de dinosaure, ça reste bien décevant. Ils sont bien faits, certes, comme d’hab’, mais la magie n’est plus du tout là.
L’île inhabitée, son volcan est en train de se réveiller, et il y a un grand débat aux États-Unis pour savoir si le pays doit ou non intervenir pour sauver les dinos de l’éruption (et donc, d’une deuxième extinction). Rappelons que l’île est au Costa Rica, pays souverain, et que de toutes façons, les dinos, toutes des femelles, sont incapables de se reproduire sans intervention humaine (faute de mâles pour les féconder), et sont donc déjà condamnées à l’extinction. Et pourquoi faire tout ce foin autour d’animaux créés en labo et qu’il serait donc possible de créer à nouveau, quand on n’en a jamais fait aucun pour d’autres espèces qui seraient menacées par des éruptions et autres catastrophes naturelles (voire d’origine anthropique, pasque pendant que le Sénat américain déblatère autour du sauvetage des dinos, le réchauffement climatique et la pollution continuent sans trêve et sans que les politiques ne s’en préoccupent ; comme quoi, on n’a pas tous les mêmes priorités) ? Heureusement, l’ancien associé du créateur du Jurassic Park originel, qui a fait fortune grâce aux dinos, va mettre (une partie de) sa fortune personnelle dans une opération de sauvetage privée. Mais le généreux mécène a été trompé par le jeune loup aux dents longues à qui il a confié la gestion de sa fortune, qui compte vendre les dinos sauvés aux enchères au plus offrant à des sales types sans scrupule qui veulent les utiliser comme armes vivantes.
Ce machin est affligeant de bout en bout. En plus, bien entendu à la fin on se retrouve avec des dinos sur le continent américain, comme ça ils vont pouvoir facilement continuer la série avec un énième film de trop (d’ores et déjà annoncé pour juin 2021)…

Ce contenu a été publié dans J'ai pas la télé, Kros, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Kro en résumé : Jurassic World : Fallen Kingdom

  1. Tororo dit :

    De toute façon, j’ai jamais compris quel intérêt on pouvait trouver à faire des films de dinosaures SANS filles en bikini de peau de gazelle. Un contresens total sur le genre, à mon avis. Dans la franchise Jurassic Park, les interlocutrices des dinosaures n’ont aucune conversation! c’est pour ça que c’est si plat!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *