Le travail, c’est la santé

J’ai réalisé hier que le problème qui m’avait amené la veille chez le médecin (malgré les vœux de Tororo) prenait probablement son origine dans le stress provoqué par le manadjmént calamiteux dont nous sommes victimes, et plus particulièrement dans celui causé par le diktat débile décrété par la directrice à la fin du mois dernier, que j’ai déjà vaguement évoqué ici-même.
Le bon côté, c’est que les symptômes semblent bien répondre au traitement médical, et que ça élimine donc un certain nombre d’hypothèses plus ou moins graves.
Le mauvais côté, c’est que le traitement médical ne va pas permettre d’éliminer la source du problème. Et que ça risque d’avoir à long terme des répercussions plus graves sur mon organisme…
On n’a plus de médecine du travail depuis deux ans… Mais faudra que je pense à expliquer ça au médecin traitant lorsque je retournerai le voir pour mon bilan annuel, dans quelques mois. Non que je pense que ça permettra de changer quoi que ce soit, mais au moins ça sera marqué quelque part dans un dossier médical.

This entry was posted in On n'a pas des métiers faciles and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *