Pas farouche-queue

Enfin passé un coup de tondeuse dans le jardin (le 10 mai). Il était grand temps : je pense que le précédent passage devait remonter à juillet de l’année dernière (!), et comme l’herbe, en plus d’être haute, était assez dense (comme souvent lors de la première coupe de la saison), la machine a pas mal bourré, surtout au début.
Si lors de ma toute première tonte ici, un rouge-gorge m’avait tenu compagnie, cette fois-ci c’est un rouge-queue à front blanc (un mâle) qui s’y est collé. Et là, j’ai encore plus été surpris, car je ne savais pas cette espèce si familière. Oh bien sûr, à part la fois où il s’est envolé dans ma direction en partant d’un poirier situé à quelques mètres, avant de se raviser et de faire demi-tour vers la haie d’ornement que j’ai plantée pour me protéger un peu du regard des voisins et aussi pour servir d’abri et de perchoir aux Oiseaux du jardin, il ne s’est pas autant approché de moi que ne l’avait fait son camarade à la rougeur différemment placée ; mais il a fait un paquet d’allers-retours sur la largeur du terrain, allant béqueter quelques Insectes à un bout quand je faisais demi-tour à l’autre, et il s’est perché plus d’une fois à faible distance.
J’ai fini par le perdre de vue quand je suis passé dans l’enclos des poules.
(m’demande si c’était le même qui m’a regardé bêcher (d’un peu plus loin) la semaine dernière…)

Ce contenu a été publié dans Elle est pas belle, la vie ?, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *