Kro en résumé : Anges et faucons

Yoko Tsuno n° 29
Anges et faucons
Roger Leloup
ISBN 979-1-0347-3803-8
© Dupuis, 2019

Vingt-neuvième album de la série Yoko Tsuno

L’album est en deux parties : une première avec un voyage temporel, où Yoko Tsuno elle-même n’apparait pas avant la septième planche et où la vedette lui est volée (comme c’est devenu habituel dans les derniers épisodes) par des personnages secondaires sans grand intérêt, principalement Emilia (un personnage qui me sort par les yeux). Tout ça occupe 28 planches (sur un total de 62) et est très faible. Ensuite, on enchaîne avec un deuxième récit sans rapport avec le premier, plus yokotsunien celui-là, à base d’avions et de services secrets, qui remonte un peu le niveau, tout en restant plombé par l’omniprésence d’Emilia, l’intrigue aussi peu crédible que celle d’un film de James Bond, et l’apparition d’un énième jeune personnage secondaire féminin qui vient bouffer du temps d’image à Yoko, Vic et Pol n’étant pour leur part là que pour assurer de basses besognes.
Il est grand temps que Roger Leloup se décide à débarrasser sa série des gamines accumulées au fil des albums (surtout les plus récents) pour se recentrer sur le trio d’origine, ou qu’il y mette un point final. Pasque là, c’est à réserver aux inconditionnels de l’héroïne (sous réserve qu’ils puissent se contenter de la voir principalement cantonnée dans un rôle de faire-valoir) ou aux collectionneurs.

Ce contenu a été publié dans BD, Kros, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *