Grève des transports

Et donc, comme je vous le laissais entendre précédemment, la journée ne fut pas exempte de péripéties (je vous passe les pannes habituelles à l’usine, ça devient vraiment urgent qu’ils changent certaines chaînes).
Au moment de démarrer le Tonnerre mécanique pour partir au boulot, stupeur : plus de batterie ! Ou du moins, plus assez pour démarrer. Un tantinet agacé, je suis donc parti au boulot à pieds dans la froidure, le voisin croisé en sortant de chez moi n’ayant pas de câbles pour me dépanner. Mais dans ma précipitation, j’avais laissé mes clés et mon badge d’accès à l’usine dans le vide-poches sur le tableau de bord… Heureusement, je m’en suis rendu compte assez rapidement, au bout de quelques centaines de mètres seulement, et j’ai donc fait demi-tour pour aller les chercher. Du coup, je suis arrivé une vingtaine de minutes en retard au boulot (où bien entendu, c’était déjà le bazar).
En fin de journée, la collègue qui m’avait fait office de binôme à temps partiel m’a déposé au garage. Pasqu’être en panne de bagnole ces jours-ci ne m’arrangeait pas vraiment. Passe encore que je ne puisse pas rouler ce ouéquande alors qu’une réunion de famille était prévue (mon frangin aurait ptêt pu faire un détour pour me véhiculer), mais j’avais un rendez-vous chez le spécialiste mardi prochain (pour entre autres le renouvellement de mon ordonnance), et vus les délais pour obtenir un autre rendez-vous, rater celui-ci, pris il y a neuf mois, m’aurait causé de sérieux problèmes (j’ai bien un petit stock de médocs d’avance, mais sans doute pas assez pour tenir le coup jusqu’au nouveau RDV, même en acceptant n’importe quel horaire). Et le garage est fermé le lundi, bien entendu.
Je suis arrivé à l’heure à laquelle l’un des mécanos devait finir sa journée (chose que j’ignorais alors). Mais il a quand même sauté dans la voiture, m’a ramené à la maison, a fait démarrer le Tonnerre mécanique d’un coup de booster afin que je puisse rouler jusqu’au garage, et m’a changé la batterie (heureusement, il leur en restait une (et une seule !) de ce modèle en stock). Ce qui fait que l’affaire se sera simplement soldée par quelques dizaines de minutes de perdues (et un chèque pas franchement prévu, évidemment, qui va amputer d’autant mon budget JdR de décembre)… Ça aide probablement d’être un fidèle client.
Accessoirement, on m’avait dit ce matin que le garage avait nettement augmenté ses tarifs. J’ai payé simplement une poignée de brouzoufs de plus que pour mon précédent changement de batterie dans des conditions similaires il y a presque huit ans (ce qui est une durée de vie plus que raisonnable pour une batterie moderne). Tant qu’il n’augmente que de telles proportions, il n’y a pas vraiment de quoi se plaindre…

Ce contenu a été publié dans Ma vie est un drame, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *