Kro en résumé : Med Ship

(purée, quasiment trois semaines de retard pour le présent billet, ça commence à faire pas mal…)

Med Ship
Murray Leinster
Compiled and Edited by Eric Flint and Guy Gordon
Baen Books
ISBN : 0-7434-3555-9
First printing, August 2002
630 pages

Recueil de huit nouvelles de SF initialement parues entre 1957 et 1966

Ces nouvelles mettent en scène Calhoun, un médecin de l’Interstellar Medical Service qui voyage de monde en monde à bord d’un petit vaisseau pour mener des inspections de routine sur la santé des populations locales. Il est accompagné par Murgatroyd, un tormal, animal à fourrure de la taille d’un jeune enfant et d’une intelligence comparable à celle d’un chat. Les tormals, dont le métabolisme est proche de celui des humains, ont un système immunitaire très puissant qui les protège de toute infection, et ils servent donc entre autres de producteurs d’anticorps. Le Med Service les élève donc et chaque inspecteur s’en voit confier un pour l’accompagner dans ses missions.
En théorie, le boulot de Calhoun devrait être routinier : un voyage interstellaire, l’arrivée sur le monde de destination, des réunions avec les ministres de la santé (ou autres autorités locales en charge de ce domaine), des gueuletons avec les mêmes et d’autres huiles, et un rapport sur la situation sanitaire du monde, et rebelote au suivant. Sauf que évidemment, dans chacun des huit textes rassemblés ici, on est loin de la routine… et parfois loin du domaine médical, puisque dans certains récits il s’agit plus d’éviter des guerres par la diplomatie, ou de repousser une invasion venue d’outre-planète…

Tout ça est globalement plutôt bon, même si c’est parfois un peu léger biologiquement parlant, et aussi parfois un peu daté.
Accessoirement, ça donne une idée de la diversité des intrigues qu’on pourrait mettre en œuvre en JdR autour du concept de Med Service, et ça montre bien qu’il n’y a aucune raison de se limiter à des scénarios purement médicaux, donc de ne devoir jouer qu’avec des biologistes.
Bref, j’aime bien, même si ça n’est pas parfait et si ça aurait pu être mieux.

Ce contenu a été publié dans Kros, SF, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *