Kro en résumé : The Sting

Firefly
The Sting
Delilah S. Dawson, Pius Bak, Serg Acuña, Richard Ortiz, Hyeonjim Kim, Rodrigo Lorenzo
Boom! Studios
ISBN : 978-1-68415-433-3
Novembre 2019

BD mettant en scène les personnages de Firefly

Il y a une seule scénariste, mais cinq illustrateurs différents (un par chapitre) : ça n’augure rien de bon quant à la cohérence du dessin.
Le dessin est souvent moche. Encore une fois, on reconnait souvent les personnages grâce à leurs vêtements, pas grâce à leurs tronches, et c’est particulièrement flagrant avec le premier illustrateur, ce qui fait une fort mauvaise introduction à l’ensemble. Le deuxième et dans une moindre mesure le cinquième sont plutôt bons, par contre.
L’histoire se passe quelque part après l’épisode Trash (avec toutes ces BD, Firefly est en train d’atteindre le stade « Club des Cinq / Six Compagnons », où les personnages vivent tellement d’histoires en restant au même âge qu’ils évoluent en quelque sorte « hors du temps » et que, bien que tout soit à peu près compatible pris deux à deux, l’ensemble ne peut plus être cohérent ; il y a une réplique de River qui fait référence à quelque chose qu’elle dit après l’attaque de la banque au début de Serenity, sauf que la BD NE PEUT PAS se passer après le film).
Serenity se retrouvant bloquée sur le spatioport d’une planète paumée pour une sombre histoire de taxe spatioportuaire à payer, Inara décide d’emmener les trois autres femmes du bord se relaxer avec elle dans un spa. Mais elles tombent sur Yo-Saff-Bridge (Mrs Reynolds), qui convie Inara, Zoë et Kaylee à participer avec elle à un coup qui va leur rapporter gros. Enfin, « convie »… disons plutôt « contraint ». Et bien entendu, comme elles s’en doutent d’ailleurs, elle va les trahir avant la fin. Mais, comme le lecteur s’en doute lui aussi, River va leur sauver la mise.
L’histoire est pas mal et bien dans le ton. Vraiment dommage que le dessin soit loin d’être toujours à la hauteur (et que ça ne s’insère pas fluidement dans la chronologie de la saga).
Une lecture recommandée à tout browncoat qui se respecte.

Ce contenu a été publié dans BD, Kros, SF, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *