Le jour K ?

Comment on faisait avant, quand on ne pouvait pas demander toutes les cinq minutes à Wikipédia ou à DuckDuckGo de nous expliquer ce qu’on a sous les yeux ? Et même avec ça, ça va être difficile de raconter le 1er mai à Berlin, vu que je n’ai à peu près rien compris à ce que j’ai vu.

Le premier mot qui m’est venu à l’esprit dès le début des événements à 11h du matin, et qui m’est resté toute la journée, c’est… Kermesse. À partir de minuit et jusqu’à la fin des événements (6h), ce n’était plus du tout la kermesse mais c’était quoi ? En tout cas s’il n’y a qu’une info à retenir : le réveillon anticapitaliste du 30 avril a rassemblé 3000 personnes, la manif anticapitaliste du 1er Mai (différente du défilé syndical traditionnel) entre 15000 et 25000 personnes.

En attendant de digérer tout ça, un résumé de l’ambiance en trois vidéos.

MyFest, genre de kermesse-fête-de-la-musique géante toute la journée dans Friedrichshain et Kreuzberg

La manif anticapitaliste, 15000 personnes selon la radio, 25000 selon les organisatrices, passe à Moritzplatz.

Peu après Moritzplatz, la police ordonne la dispersion du défilé qui devait se rendre à Berlin-Mitte. Or c’était tout l’enjeu de cette manif de sortir de Kreuzberg et d’aller jusqu’au quartier d’affaires et des ministères. Début des affrontements.

This entry was posted in immer wi(e)der and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

7 Responses to Le jour K ?

  1. leirn says:

    bon, soit, t’as pas compris, mais était-ce un succès anti Kapitaliste ?

    • Transfo says:

      Ce que je n’ai peut-être pas précisé dans le post, c’est que le 1er mai explosif de Kreuzberg est quasi une institution, qui se reproduit chaque année depuis 25 ans, depuis 1987 où les émeutiers avaient “battu” les flics et tenu la rue pendant 48h.
      Alors succès ? D’un côté oui, une manif de + de 20000 c’est énorme. Dans les années “creuses” il y avait apparemment au plus 300 activistes qui jouaient à chat avec la police dans les rues de Kreuzberg. Par ailleurs, cette manif anticapitaliste (d’après ce que je lis, je n’ai pas d’infos de première main) est clairement repolitisée par rapport aux années “creuses”, où le discours politique était illisible et où l’objectif n°1 était surtout de casser du flic et de se lâcher total sur une nuit.
      Par contre, que la manif n’ait pas pu atteindre le centre-ville est quand même un peu un échec. Certains autonomes accusent même les organisateurs du mouvement d’avoir collaboré avec la police dès avant la manif, et de ne pas avoir tout fait pour atteindre cet objectif.
      Et dans la presse, ce qui en est ressorti c’est la “victoire” du Ministre de l’Intérieur du land de Berlin-Brandeburg (de droite), qui attribue le faible niveau des émeutes à sa stratégie (déploiement de 7000 équivalents-CRS !) La “gauche” critique mollement en pointant le coût de l’affaire.

      • Transfo says:

        Bon et puis moi ma grande déception hein, c’est de ne pas apparaître dans la vidéo n°2 alors que j’étais exactement à cet endroit-là durant tout le passage de la manif !
        Là je suis un chouille trop à gauche du cadre et je peux même pas crâner du coup 🙁

  2. Oursino says:

    Ben oui, faut pas déranger le riche!

  3. Transfo says:

    Quand je dis que je n’ai rien compris à ce que je voyais, déjà c’est à cause du bout d’émeute auquel j’ai assisté pile sous ma fenêtre de 1h à 6h du matin. Tu as un truc sus les yeux mais tu ne comprends pas ce que tu vois. Une sorte de danse de la provocation entre émeutiers et “CRS”, par petites touches, interminable, et surtout, pas du tout en bataille rangée !
    Tous mélangés, les flics et les émeutiers, ensemble, qui se cotoient, parfois plusieurs dizaines de minutes sans qu’il se passe rien, et puis d’un coup une charge, une arrestation et hop dans le fourgon, ou au contraire une bouteille qui vient se fracasser sur un casque, ou un départ de feu sur un tas de détritus amassé au milieu de la rue (ou contre la porte d’un immeuble, c’est malin, j’ai cru que j’allais rôtir à force). Un flic tombe dans le feu en essayant de l’éteindre, tout le monde est là autour et se marre. Les flics fondent d’un seul coup sur quelqu’un qui n’avait pas l’air de faire quoi que ce soit à ce moment-là, l’écrabouillent par terre, le molestent. Et au-dessus de la mêlée, des gens sont carrément penchés sur les flics, limite à s’appuyer sur eux pour prendre des photos en gros plan du tabassage. Dans un moment de calme, un couple s’incruste au milieu d’un groupe de CRS et se met à se rouler une énorme pelle infinie. Un mec fonce à vélo sur les flics et fait un dérapage contrôlé au dernier moment. Des jeunots se font prendre en photo devant une grappe de flics.
    Et dans la série des trucs que je ne pige pas, cet autocollant d’appel à la manif. “Globaliser la lutte des classes. Nous serons la crise finale”. Ca semble bien carton, bien politique, tout. Ca porte le logo d’une des principales organisations porteuses de la manif anticapitaliste, ARAB. Mais le 12 de “1er mai 2012” a été remplacé par un “25”. Beuh ?
    1er Mai 2012 Berlin

  4. lolo says:

    Dis donc, c’est chaud vers chez toi ! Fais attention à toi.

Leave a Reply