Kro Flamenco

IMG_0566.jpgPremière sortie culturelle à Genève : Leirnette nous a emmené voir un spectacle de Flamenco :

Alba Lucera & ‘Los Jaras. Sur la photo, un détail du plafond du théâtre de l’Alhambra, qui rappelle effectivement l’art arabo-espagnole d’Andalousie.

Alba Lucera & ‘Los Jaras’ au théâtre de l’Alhambra de Genève

Nous n’y connaissons rien en Flamenco. C’est d’abord une curiosité de Leirnette qui nous a incité à aller voir, et il se trouvait que justement, il y avait un spectacle à Genève, ville cosmopolite, on ne le dira jamais assez où donc, on peut trouver des spectacles d’Andalousie.

C’était du Flamenco pur et typique, que je vous commenterais de manière naïve, c’est à dire tel que j’ai pu le découvrir.

L’image qu’on a peut être tous et toute en tête, c’est la danseuse, une grande jupe avec des volants, des talons qui claquent, une danse dynamique :

IMG_0568.jpeg

Il y a aussi les danseurs :

IMG_0575.jpg

Même talons qui claquent, vestes dont on tient les pans pour danser.

Le Flamenco, c’est tragique, les danseurs sont graves, ont l’air de souffrir, de faire la gueule ou encore de se défier. C’est “Muy Macho” à fond, avec des effets de cheveux longs qui volent. Quant à la danseuse, la danse est dynamique, tout aussi macho, finalement, rien de langoureux ou de tendre dans le flamenco, on est plutôt la pour se battre et montrer qu’on ne va pas se laisser faire.

Ensuite, il y a la guitare (qui avec la jupe de la danseuse, est la deuxième chose qui a attiré Leirnette). Le guitariste, dans cette troupe, est très impressionnant, une manière de jouer qui donne à penser qu’il a plus de 10 doigts.

Et le chant :

IMG_0571.jpeg

Si on a été impressionné par la guitare et les danses, on a moins apprécié le chant, surtout Lotin qui comprenait en partie les paroles (Leirnette et moi, on était tranquille de ce côté) tournant autour de “Qué Malor, Qué Calor”, comme l’a brillamment résumé une amie (celle qui habite à côté de l’inscription figurant en en-tête de la note de blog suivante). On sent dans les chants l’influence de la musique arabe.

Le Flamenco m’a donné l’impression d’être un spectacle qui se voit dans un bar, car la salle participe et commente, les chanteurs et danseurs, quand ils tapent dans les mains pendant que la musique joue, commentent à coup de Caramba, Olé ou autres interjections incompréhensibles, une façon de faire une ambiance qui indique que le flamenco n’a pas du être fait pour être sur la scène mais au milieu du public.

Bref, une expérience intéressante que j’ai envie de recommencer dans un bar à tapas à Séville, par exemple.

Ce contenu a été publié dans Théâtre et autres spectacles, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Kro Flamenco

  1. fred dit :

    j’ai bien aimé ta façon « naïve » de commenter le Flamenco !
    C’est tout à fait ça ! Même si je suis surpris que tu ne le découvres que maintenant ! Moi aussi ça m’a toujours fasciné ce foutu Flamenco ! Cette « souffrance » démonstrative (ou pas !) … Pour peu que la danseuse soit inspirée c’est vrai que ça scotche ! J’en écouterai pas tous les jours, mais de temps en temps … dans un lieu qui s’y prête, ça le fait !

  2. François dit :

    J’aime beaucoup le flamenco, mais je suis d’accord avec Fred, il ne faut pas en abuser non plus.

  3. leirn dit :

    Ben oui. Je ne connaissais pas…

    Le peu que j’avais pu en voir de çi de là ne m’avait jamais motivée.

  4. Schuh dit :

    j’aime le flamenco!! tu as raison il vaut mieux le voir dans une ambiance de bar
    comme à Torre Molinos en Andalousie où nous étions il y a quelques
    années.

Les commentaires sont fermés.