Kro qui vote

01.pngSi vous suivez les élections à Genève, vous avez dû apprendre qu’on a essuyé quelques votations fédérales pourries.
Il y a eu la célèbre initiative de la droite pour le renvoi des criminels étrangers. Ensuite, nous avons eu une belle tentative de la gauche pour proposer que les hommes en âge de faire l’armée cessent de rapporter à la maison leur arme de service.

 


L’idée que chaque canton doit pouvoir lever une armée contre les envahisseurs savoyards ou autrichiens semble pourtant un peu dépassé. D’autant plus que chaque foyers n’est pas supposé pouvoir se défendre, si les armes sont à la maison, pas des munitions… Mais c’est assez facile de trouver les munitions, tout de même, quand on a le plus gros.
Il y a 300 suicides ou homicides commis à l’arme de service par an, dont un cas célèbre d’une championne de ski abattue par son mari.
L’initiative de la gauche a été battue.

init2.png

Il y avait ce genre d’affiche d’une part… Mais ce n’est pas tant cela qui a fait mouche…
C’était plus le côté : tradition, vieille suisse qui a porté.

init.png

Rapporter les armes dans les arsenaux, c’est le démantèlement de la Suisse, pouvait-on lire. Ou encore : “Pour la défense du sport suisse”… c’est à dire les clubs de tir, nous avons besoin d’être armé.

Aujourd’hui, il y avait les élections municipales. Pour la première fois depuis 16 ans, La Gauche ne détient plus la majorité à Genève (eh oui, Genève est une ville de gauche, qui l’eut cru).

Les grands vainqueurs, c’est le MCG, le parti populiste anti-frontalier… Je me demande s’il y a pour eux de “bons” frontaliers… Quoiqu’il en soit, je doute en faire partie, je ne suis pas infirmière, ni femme de ménage, je ne m’occupe pas des personnes âgées et je n’exerce plus comme informaticienne…

Pendant ce temps, l’Union des espaces culturels autogérés a lancé une campagne d’affichage créatives, autour de slogans, comme par exemple : “T’as voté ?” ou encore “De quoi avons-nous peur ?”

ue1.png

Voici 2 affiches qui trainaient dans la rue (pour mémoire, Paulo était le poulpe réputé prédire les résultats du foot au dernier mondial).

ue2.png

Ce contenu a été publié dans Info, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Kro qui vote

  1. NP dit :

    Coucou,

    Un ami indien envisage de prendre un poste Lausanne et de venir avec sa famille, et se demande si les Suisses sont ouverts. Tu lui répondrais quoi ?

  2. leirn dit :

    Je te dirais que la réponse est compliqué.
    Tout d’abord, la Suisse, c’est cantonale. Je travaille à Genève, Lausanne est dans le Canton de Vaud, ya peut être 70 km, mais ça peut changer beaucoup de choses.

    Les français qui travaillent dans le privé entende des remarques sur les « frouzes » et quand on dit ici : « c’est du travail de français » comme en France on dit : « c’est du travail d’arabe ».
    Pour les non-français, c’est encore différent… Les ressortissants de l’Est sont perçu comme la nouvelle invasion mafieuse, sauvage et détestable. Et les non chrétiens ne sont pas très bienvenus.

    Peu de temps après mon arrivée, j’ai eu une diatribe anti-français de la part d’une nana féministe qui travaille dans le social pour placer des femmes requérantes d’asiles et migrantes et qui m’a précisé qu’elle n’était pas raciste puisqu’elle était de gauche. En gros, les français piquaient les places des nanas dont elle s’occupait…

    A l’université, à Genève comme à Vaud et en particulier à l’EPFL, je dirai que au moins la moitié des gens sont non suisses ou bi-nationaux suisse + autre chose. Alors, ça calme un peu le jeu, côté racisme.

    Personnellement, je trouve mes collègues suisses sympas et plein d’humour. En ce qui me concerne, tout va bien, mais j’ai aussi conscience que c’est parce que je suis une « bonne » frontalière qui fait des efforts pour s’intégrer… Et en même temps, il y a des français qui ont des attitudes « néo-colonialistes » face aux Suisses romands.

    Disons que pour ton copain indien, j’ai pas l’impression que ce soit pire que la France, ce qui change, c’est que les français seront logés presque à la même enseigne que lui. Ca peut le détendre.

  3. NP dit :

    Ou la la, merci pour la réponse, je ne suis pas sure que je vais transmettre l’information… C’est un indien qui sait parler français car il a fait sa thèse au Quebec, et je crois qu’il est inquiet surtout pour sa femme qui veut trouver du travail… Je l’ai déjà dégoûté de la France, si je lui dit ça il va retourner en Inde direct…

  4. leirn dit :

    Ca dépend de ce que fait sa femme, en fait. Il y a des métiers en pénurie.

Les commentaires sont fermés.