Kro de Noël bis

mod_article5904887_1-2011-12-26-13-47.jpgAprès les films, quelques livres pour noël… euh, pour vos étrennes. J’ai décidé de lire pendant ces vacances et d’arrêter de jouer à Bubble witch (de toute façon, je suis coincée au niveau 52). Je vous ferai plein de Kro pour les étrennes 🙂

Un troussage de domestique, dirigé par Christine Delphy

Chi : une vie de chat de Kanata Konami

The City and the City de China Miéville

Chi : une vie de chat de Kanata Konami

118021_c-2011-12-26-13-47.jpg

Chi est un chaton qui s’est perdu. Il est tout triste. Où est sa maman ? Heureusement, il est recueilli par les parents d’un petit garçon. Le problème, c’est qu’ils n’ont pas le droit d’avoir de chat dans l’immeuble. Ils essaient de le faire adopter mais n’y arrivant pas, ils finissent par s’y attacher.

Chi est une BD super mignonne, avec un pov’ chaton qui a perdu sa maman mais est recueilli par une gentille famille. Dans ce tome, on voit ses premières découvertes : la litière, le vétérinaire, les pantoufles de papa… des fois, il dort et se souvient de quand sa maman le léchait. Puis, il se réveille alors, c’est triste.

C’est une BD tout public, pour lecteurs de 3 à 103 ans, très célèbre au Japon (il y a même un dessin animé), 6 tomes sont sortis et comme c’est très mignon, on va sûrement les lire aussi.

Un troussage de domestique, dirigé par Christine Delphy

arton97-2011-12-26-13-47.jpg

Avec les textes de : Clémentine Autain, Jenny Brown, Mona Chollet, Sophie Courval, Rokhaya Diallo, Béatrice Gamba, Michelle Guerci, Gisèle Halimi, Christelle Hamel, Natacha Henry, Sabine Lambert, Titiou Lecoq, Claire Levenson, Mademoiselle, Marie Papin, Emmanuelle Piet, Audrey Pulvar, Joan W. Scott, Sylvie Tissot, les TumulTueuses, Najate Zouggari

Les textes de ce livre ne parlent pas de l’Affaire DSK, mais de la réception de l’Affaire DSK et de la manière dont la presse en a parlé. Avec autant de textes, j’avais peur que ce soit un peu redondant. Or, plusieurs thèmes sont abordés de manière très intéressante. D’abord, bien sûr, l’enthousiasme des « amis » de DSK qui ne peuvent y croire, parce qu’il n’est pas comme ça, que la femme de chambre n’était même pas belle, que puisqu’il peut se payer n’importe qui, il ne peut pas violer, etc. Le déni de la parole de la victime, qui, puisqu’elle n’a pas eu un passé d’une impeccable vertu, devient aussitôt une prostituée maîtresse chanteuse. Le manque d’intérêt pour les violences faites aux femmes en France
Une analyse de la « séduction à la française » qui justifie la drague lourde comme une spécificité locale avec les rapports asymétriques acceptés et les baisers volés consentis (!!).
Et aussi une critique de la presse, où des journalistes se sont tus sur les moeurs de DSK sous prétexte de vie privée (or, le harcèlement sexuel au travail, c’est tout sauf la vie privée), vantent la présomption d’innocence comme une qualité de la justice française inconnue aux Etats-Unis, alors qu’elle n’existe en France que depuis très peu (en pratique depuis 2008 seulement), mais depuis des décennies aux USA, qui mélangent le civil et le pénal allègrement… Le plus coupable étant Badinter, qui évidement connait très bien la différence, mais qui assène froidement des contre-vérités, pour défendre son ami.
Parce que, finalement, qu’un jeune de banlieue soit exhibé avec des menottes, sans cravate et pas rasé devant un commissariat, ce n’est pas grave, surtout s’il est musulman, supposé donc bien plus macho, plus violeur, plus coupable. Alors qu’un Président du FMI, blanc et riche, c’est totalement scandaleux ! D’ailleurs, cette jeune femme noire et pauvre, pourquoi n’a-t-elle pas accepté le rapport consenti ? c’était la chance de sa vie !
Disons : soit elle a accepté de coucher avec lui pour de l’argent et c’est une pute. Soit elle a tenté de le faire chanter, et c’est une pute. Soit elle acceptera de l’argent en dédommagement et ce sera bien une pute.

The City and the City de China Miéville

the_city_the_city2-2011-12-26-13-47.jpg

Imaginez 2 villes, l’une qui ressemble à une ville d’Europe de l’Est : Beszel, l’autre qui ressemble plutôt à une ville turc : Ul-Qoma. 2 villes imbriquées l’une dans l’autre, mais 2 villes qui appartiennent à deux états différents. Certaines zones sont totalement dans une ville, d’autre totalement dans l’autre et certaines sont mélangées : le côté droit de la rue peut être à Beszel, et le gauche à Ul-Qoma. Pour passer d’une ville à l’autre, il n’y a qu’un seul point de passage, dans un bâtiment considéré comme étant dans les 2 villes. Traverser la rue pour aller de Ul-Qoma à Beszel est interdit, et même regarder l’autre ville est interdit. Tous les habitants sont entraînés à ne pas voir l’autre ville, à ne pas l’entendre. La circulation en voiture est complexe : il ne faut pas voir les véhicules de l’autre ville… tout en les évitant bien sûr.
Que se passe-t-il si on transgresse ? La Brèche entre en action, des individus qui sortent de nulle part et qui interviennent pour remettre les choses en l’ordre.

A Beszel, un corps est retrouvé, une jeune femme, maquillée comme une prostituée, mais visiblement venant d’un autre quartier. L’inspecteur Tyador Borlu soupçonne rapidement un cas de brèche : il découvre que la jeune femme a été tuée à Ul-Qoma et balancée à Beszel. Mais plus l’enquête avance, plus l’affaire se complique : apparemment, des personnes font tout pour que la brèche ne soit pas impliquée.

Ce roman est un tour de force, dans la manière dont Miéville a fabriqué sa ville et la fait fonctionner politiquement : il y a les unificationnistes qui veulent réunion les 2 villes et les nationalistes d’extrème-droite des 2 bords : les Vrais Citoyens qui veulent que seule Beszel subsiste, ou Ul-Qoma D’Abord, qui veulent éradiquer Beszel. Sur cette toile de fond, c’est un vrai polar noir qui est raconté, où on verra deux flics, Borlu et son homologue de Ul-Qoma qui vont coopérer finalement en bonne entente, dans une situation où la paranoïa augmente.

Un prix Hugo bien mérité très prenant à lire, vraiment bien foutu. Du fantastique urbain, ou « New Weird , un genre qui se glisse au côté du cyberpunk ou du technothriller, en insérant du fantastique dans de la SF ou dans du quotidien urbain. Dans un sens, 1984, c’était déjà du New Weird…

Ce contenu a été publié dans Chats, Lectures, Livre de classe, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Kro de Noël bis

  1. François dit :

    Je suis bien impatient de lire The City & The City. Plus ou moins tout le monde l’a lu autour de moi et tous les avis sont enthousiastes.

  2. elihah dit :

    Un papa d’élève m’avait prêté Chi, c’est bien sympa.
    Un troussage de domestique est à lire aussi 🙂

Les commentaires sont fermés.