Kro en vacances toujours

isv-2014-07-12-14-32.png

D’abord, quand même, pour marquer le coup, signalons que Le Chant de la Terre a été réédité, l’intégrale en un tome cartonné, avec une très belle couverture de Frank Achard, assorti d’un épilogue, de type : 20 ans après.

BD : Sugar, Ma vie de chat de Serge Baeken

Livres :

En Orégon, tourne en rond de Sébastien Chion

Sugar-1-2014-07-12-14-32.jpg

Sugar, Ma vie de chat de Serge Baeken

C’est l’histoire de Serge et Ann, jeune couple, au début, qui vont vivre, en couple, avoir un enfant et vivre avec plusieurs chats. En fait c’est l’histoire de leurs chats, et en particulier de Sugar, qui passera 18 ans avec eux.

5-2014-07-12-14-32.jpg

La composition des pages est étonnante : toujours la même, des cases agencées en 4×6, mais certaines cases constituent une mosaïque de la même scène.

L’histoire se passe à hauteur de chat.  On découvre comment Sugar apprend à comprendre les humains, comment il sert de grand frère au bébé.

Le dessin est très beau, réalisé avec soin. L’histoire est pleine d’émotion féline. Une BD à conseiller aux amoureux des chats.

org-2014-07-12-14-32.pngEn Orégon, tourne en rond de Sébastien Chion

Vous vous souvenez du Tome 1 : A Vancouver, tourne à gauche ? Voici donc la suite de cette auto-fiction de voyage.

Pour vous rappeler les règles du jeu, une auto-fiction, c’est un peu une biographie, mais elle est pas tout à fait vraie. L’histoire est bien arrivée au narrateur, mais pas tout à fait comme ça. Dans ce cas, je dirais que les motivations et les émotions du narrateur sont sans doute bien celles décrites dans l’histoire mais les éléments déclencheurs, les péripéties ne sont pas tout à fait exacte, ce qui n’a pas la moindre importance, par rapport à l’histoire.

Je vous rappelle le tome 1. Le narrateur était parti de Montréal avec un van, baptisé le Pourquoi pas ? avec comme but d’aller tout droit jusqu’à Vancourver et là, de tourner à gauche.

S’il a tout quitté, c’est parce qu’il a envie de savoir où il va, ce qu’il a envie de faire de sa vie et surtout, avec qui il peut vivre, avec qui il a envie de vivre.

La première partie de son voyage était faites de rencontres : parti pour voyager seul, il ne cesse d’avoir des passagers. Il finit par être amoureux de Gabrielle qui ne reste pas. Elle lui dit qu’elle l’attendra, mais que d’abord, il doit savoir ce qu’il cherche, pourquoi il roule et surtout, il doit finir son voyage, c’est à dire voyager jusqu’à ce qu’il sache que son voyage est fini.

Comment le saura-t-il ? Est-ce qu’il finira par comprendre qui il est et ce qu’il cherche, afin de pouvoir finalement se poser auprès de la femme qu’il aime ?

pou-2014-07-12-14-32.png

On retrouve dans ce récit de voyage le même charme que le précédent. On y entre avec plaisir et on se laisse promener dans les paysages de l’Orégon. Dans cette histoire, d’ailleurs, on voyage assez peu, puisqu’on tourne en rond dans l’Orégon, et on comprend bien que le narrateur nous a décidément leurrer, en se leurrant lui-même : ce n’est vraiment pas une histoire de voyageur solitaire, de traveller qui ne s’attache à personne. C’est l’histoire de quelqu’un qui ne cesse de vouloir aller à la rencontre de gens lumineux qui lui permettent très certainement d’approcher du terme de son voyage sans pour autant quitter l’Orégon, ni de savoir quel est ce terme.

C’est un livre qu’on lit en souriant, on avance dans le récit avec plaisir, on admire le paysage avec le narrateur, on prend plaisir à rencontrer ses compagnons et compagnes de route.  Si ça fonctionne, c’est parce que tout se passe bien, les rencontres sont toutes heureuses et enrichissantes, les paysages sont beaux et rien n’est plus grave qu’un jour de pluie.

Evidemment, on sait que ce n’est pas vrai. Il y a forcément eu des jours de doute, de fatigue, de déprime et d’angoisse, des jours où il s’est demandé ce qu’il foutait là et si c’était pas le moment d’arrêter ces conneries et de rentrer à la maison, enfin, à une maison.

Mais ce n’est pas ce genre d’histoire qu’on a envie de lire. C’est un conte, un fable initiatique où finalement, ce qui importe, ce n’est pas les aléas, les mauvaises rencontres et les obstacles, mais plutôt, tout ce qui va faire avancer.

Ce livre est auto-édité.

Ce contenu a été publié dans Lectures, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Kro en vacances toujours

  1. elihah dit :

    Mais mais mais… ce livre ??????

    • leirn dit :

      Ben oué, ya longtemps, quand on faisait du jeu de rôle, on a écrit une histoire de littérature fantastique. Et voilà que vingt ans plus tard, l’éditeur nous recontacte pour une réédition…

  2. François dit :

    Cool pour la réédition de votre roman. C’est inattendu.

Les commentaires sont fermés.