Kro Starwars (by Leirnette)

S T A R  W A R S  VIII

Les derniers Jedi

by Leirnette

En octobre 2012, Disney rachète Lucasfilm et, de ce fait, les droits de la saga StarWars. Beaucoup ont été perplexes, moi y compris, mais je me suis dis « Laissons leur une chance ! Ils ont quand même fait Kuzco ! »

En 2015 sorts StarWars VII « Le Réveil de la Force ». Les avis ont été contrastés, certains ont adoré et d’autres ont détesté, il y avait assez peu de moyens termes. Ayant un dégoût pour le recyclage de scénario, j’ai fait partie de la seconde catégorie. C’est donc sans trop d’espoir que je suis allée voir « Les Derniers Jedi » cette année…

Par où commencer…

Pour moi, le film était en deux parties bien distinctes : une première presque insupportable et une seconde bien meilleure.

Première partie

Tous les personnages dont nous avons pris connaissance dans l’épisode d’avant sont dispatchés dans la galaxie. Chacun a une quête bien précise : les rebelles combattent les méchants du côté obscur, les méchants du côté obscurs font les méchants et Rey va voir Luke pour qu’il lui apprenne à devenir un super Jedi qui roxe (en gros). « Soit ! » me direz-vous, mais, par dessus ce scénario novateur s’ajoute ce que j’appellerai «La Touche Disney». Vous savez, ces petites blagues que font les protagonistes de leurs histoires pour briser le 4e mur et détendre l’atmosphère ? Ces blagounettes fonctionnent très bien dans Kuzco ou Iron Man, mais je trouve que c’est un outrage à StarWars d’essayer de faire de même. Après débat avec les personnes avec qui je suis allée voir le film, chacun a eu sa blague préférée, mais tout le monde les a trouvé trop présentes. Disney ne développe pas beaucoup ses personnages non plus. Un personnage connu depuis toujours que tout le monde est content de retrouver, Luke, est tourné en vieux con boudeur. (Je ne vais pas trop m’attarder sur son personnage de la première partie, car je le trouve tout de même intéressant). D’autres personnages quant à eux ne servent pas à grand-chose et pourraient n’en former qu’un seul. De plus, je suis une fan de BB8, mais là, je trouve qu’ils ont poussé le concept trop loin, on a l’impression que s’il veut, ce petit robot pourrait anéantir l’Empire à lui seul ! Je ne parlerai pas de Rey parce que de toute manière je la trouve sans trop d’intérêt.

Cette partie c’est aussi une farandole de petites bêtes « trop choupis » qui sont là pour faire des blagues et vendre des produits dérivés sans grande utilité ou apport particulier a l’histoire. J’avoue avoir tout de même souri à certaines blagues de ces bestioles (les Porgs), mon âme d’enfant a eu du mal à ne pas succomber, elles sont quand même trop choupi !

Deuxième partie

Après le fiasco de la première partie, je suis devenue plus que sensible aux blagues des personnages. Dans cette seconde partie, elles sont beaucoup moins présentes et laissent plus de place à l’histoire (qui est, après réflexion, pas mal !). Cependant, certains personnages mériteraient plus de développement… Snoke, ce grand méchant au nom ridicule qui fait peur depuis deux épisodes faits quelques trucs badass de méchants, mais n’importe quel méchant aurait pu le faire… De plus, personne ne sait d’où il vient, ce qu’il a fait dans sa vie… Génération spontanée de méchant ? Sans plus de spoil c’est une des grosses frustrations du film.

Bon, je vous rassure, il y a tout de même des points de ce film que j’ai aimé ! Le personnage de Kylo Ren, que je trouvais déjà intéressant à l’épisode précédent est bien exploité et développé dans celui-ci. Si vous n’avez pas aimé son personnage d’ado rebelle qui veut faire comme grand-tonton dans « Le Réveil de la Force » vous n’aimerez pas son personnage dans cet épisode-ci non plus. Moi je le trouve très intéressant ! Ça change des personnages qui sont méchants au plus profond d’eux même depuis plus ou moins toujours. Lui est perdu et veut ressembler à celui qu’il admire le plus, comme un enfant qui cherche son identité. Il est colérique et les autres protagonistes ne s’empêchent pas de faire de petites remarques (plaisantes) comme pour le sortir de sa rêverie de descendant de Vador. De plus, il y une connexion extrêmement bien exploitée entre Kylo Ren et Rey, mais en dire plus serait spoiler…

J’avais dit que je reviendrais au personnage de Luke dans la première partie, alors allons-y ! Il commence le film en faisant les phrases les plus courtes possible rentrant parfaitement dans le personnage du vieux con boudeur. Cependant, plus tard dans le film, il explique pourquoi il est devenu ce qu’il est. Pour une foi le héros qui a réalisé de grandes choses n’estime pas qu’il a en effet un talent incroyable, que la gloire lui est due ou à l’inverse joue de fausse modestie. Luke trouve que l’admiration que la galaxie a pour lui n’est pas justifiée non par fausse modestie, mais parce que le souci de base est cette histoire de Force, de côté obscur, de Jedi, etc. Pour lui il a réalisé un service public qui ne lui a pas plu et préfère qu’on arrête d’en parler, car le monde se porterait bien mieux sans la Force.

La fin de cet épisode change de toutes les autres fins d’épisodes de Star Wars, c’est pas plus mal. Cette deuxième partie de film me fait donc vous conseiller d’aller le voir, surtout si tout ce que j’ai critiqué de la première partie ne vous dérangerait pas plus que ça.

Comme pour le Star Wars précédent, les avis sont tranchés. J’ai entendu beaucoup de « Eh ben écoute, pas si mal hein ? » et je ne peux m’empêcher de trouver dommage que l’on ressorte d’un film qui a eu tant de succès en se disant qu’il n’est pas si mal parce que les réalisateurs ont sauvé les meubles. Néanmoins, il est vrai qu’ils n’ont pas eu un travail facile entre les fans qui voulaient du Star Wars pur et dur avec autant de scénario que d’habitude et ceux qui voulaient du renouveau. On ne peut pas avoir l’unanimité. Donc il est vrai que sur ce point-là ils ne s’en sont pas trop mal sortis : C3PO est la pour parler, Luke et Leïa sont là, et quelques petites surprises, de petits clins d’œil dont je ne vais pas vous parler (faut entretenir le suspense tout de même) pour faire triper les mélancoliques. C’est sans spoiler que je vous affirme que ce film présente en plus de vraiment belles images !

Ce contenu a été publié dans Films, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.