Kro française

Donc, comme c’est les vacances, c’est le moment de se faire un rattrapage de films français qu’on n’est pas allé voir au ciné (principalement parce que mon multiplex, ce n’est pas son fort, mais aussi parce qu’on n’était pas sûre… et pas complètement à tort).

Alors, ya quelque chose de l’ordre de la déformation professionnelle, mais il y a des patterns qui me sont apparue en regardant 2 d’entre eux.

L’esprit de famille de Eric Besnard avec Guillaume De Tonquédec, François Berléand, Josiane Balasko et Isabelle Carré

Fête de famille de Cédric Kahn avec Catherine Deneuve, Emmanuelle Bercot et Vincent Macaigne

Les petits mouchoirs de Guillaume Canet avec François Cluzet, Marion Cotillard, Benoît Magimel, Laurent Laffite, Gilles Lellouche et Jean Dujardin
Continuer la lecture

Publié dans Films | Commentaires fermés sur Kro française

Kro noire et blanche (et bondissante)

Tout Simplement Noir de Jean-Pascal Zadi et John Wax avec Jean-Pascal Zadi, Fary et Caroline Anglade

Mamma Mia ! est un film réalisé par Phyllida Lloyd avec Meryl Streep, Amanda Seyfried, Pierce Brosnan

Roman graphique : La lune est blanche de François et Emmanuel Lepage

Continuer la lecture

Publié dans Films, Lectures | Marqué avec | Commentaires fermés sur Kro noire et blanche (et bondissante)

Kro sur la masculinité militarisée du jeu vidéo

Masculinité : qui sont les joueurs de jeux vidéo par Thomas Versaveau,
Game Spectrum

Game Spectrum est une série qui se veut être une chronique de vulgarisation sur le jeu vidéo.

On m’a beaucoup parlé de cet épisode (en particulier quand je suis allée parler aux « Couilles sur la table« ). Hier, dans le train, je l’ai enfin regardé.

C’est un long reportage de 2 heures, bien documenté, centré sur ce que fait la masculinité hégémonique au jeu vidéo.

Continuer la lecture

Publié dans Films | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Kro sur la masculinité militarisée du jeu vidéo

Kro de fin de vacances, avant les prochaines

Étant en manque d’océan, je me suis fait vite fait un petit « 8 jours à la mer ». Malheureusement demain, retour au travail (signature de PV d’examen, ce genre…). Mais je reviendrai.

À noter tout de même un curieux phénomène qui n’a pas manqué d’échapper à FD, et qui explique pourquoi la plage était si vide tout à l’heure…

Au menu :

La souris de voyage de Microsoft

Film : La bonne épouse par Martin Provost avec Juliette Binoche, Yolande Moreau et Noémie Lvovsky

La Belle Poule

Continuer la lecture

Publié dans Films, Pelleteuses, vêtements et inclassables, Tourisme | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Kro de fin de vacances, avant les prochaines

Silvia Federici : Le capitalisme patriarcal

Silvia Federici est une universitaire italienne enseignant aux États-Unis. Wikipedia la rattache au mouvement féministe autonome (en gros : anarchiste et d’extrême gauche). Moi, je l’aurai rangé dans les féministes matérialistes. Elle s’autodéfinit « féministe marxiste », même si elle règle des comptes avec Marx. Mais on ne va pas se battre sur les terminologies.

Son livre le plus célèbre est « Caliban et la sorcière ». Mais c’est une grosse somme. J’ai commencé par une dose plus petite avec « Le Capitalisme patriarcal ». Ça a fait partie de mes lectures post-confinement. Comment construire un monde d’après différent, si tous les porte-parole de ce monde d’après (et en particulier ceux qui parlent de l’effondrement) ont tous des hommes universitaires blancs ? Pour reprendre la magnifique phrase d’autre Lorde : « On ne détruira pas la maison du Maître avec les outils du Maître ». Si on ajoutait dans la critique du capitalisme une critique féministe ?

Pourtant, aujourd’hui, tout le monde à gauche intègre « patriarcat » à la liste des dominations à éradiquer. Mais juste en passant. Même Damasio, après avoir pratiqué la SF sexiste, parle d’abattre le patriarcat quand il parle du monde d’après. C’est choupi. Mais le sexiste n’est pas une conséquence du capitalisme (ça fait longtemps que les féministes matérialistes l’ont signalé). Serions-nous en train de nous repasser les mêmes plats ? La lutte des classes d’abord, les femmes après ? Et si le patriarcat était imbriqué dans le capitalisme, l’un nourrissant l’autre, comme une association de malfaiteurs ? C’est l’argument de Federici.

Continuer la lecture

Publié dans Lectures, Livre de classe | Commentaires fermés sur Silvia Federici : Le capitalisme patriarcal