Espaces de vente vs espace public

Les Allemands sont de grands malades du centre commercial. Au centre-ville de Kassel comme à Sarrebruck ou ailleurs, on trouve facilement trois ou quatre galeries commerciales démesurées (plusieurs étages et tout) dans un tout petit rayon de moins de 2 km.
Citypoint-hertie, kassel
Ce n’est pas tant que les Allemands aient l’âme plus consumériste que nous. Je crois – mais je peux me tromper – que cela s’explique surtout par la destruction massive des centres-villes allemands par les bombardements lors de la WW2 : une fois que toutes les constructions historiques ont été rasées, implanter des centres commerciaux ou autre chose… En même temps, implanter des centres commerciaux plutôt qu’autre chose, ça reflète aussi un air du temps qui, enfin, pourrait bien être en train de changer aujourd’hui !

C’est sûr qu’en attendant, c’est un peu tristou ce grignotage marchand de l’espace public. Heureusement que j’ai de saines lectures sur l’espace public… oppositionnel 😉 et qu’il y a des élections fin mars pour colorer un peu tout ça… Oui vous avez bien vu, la première affiche ci-dessous est une affiche du Parti Pirate !

Attention, quand je dis “Chouette des élections” ou “Heureusement qu’il y a des élections”, ce n’est pas qu’un amour passionné de la “démocratie” représentative me subjugue soudain. C’est juste un tout petit peu de débat public à se mettre sous la dent…

This entry was posted in immer wi(e)der and tagged , , . Bookmark the permalink.

6 Responses to Espaces de vente vs espace public

  1. Pingback: Décider soi-même | Transfo

  2. oursino says:

    C’est peut-être aussi, comme tu faisais allusion précédemment, qu’il fait froid là bas en Allemagne, et du coup les galeries commerciales c’est plus confortable.

  3. oursino says:

    Tiens un lien vers un article fortement inspiré du film Prêt à jeter (ton lien!):
    http://www.siteduzero.com/news-62-39477-l-obsolescence-programmee-un-gaspillage-de-masse.html

  4. Transfo says:

    Ca me rappelle une petite anecdote qui m’avait bien marquée. Ca devait être vers 1994 ou 1995, je descendais de Paris en stop avec un copain. Un routier nous a avancés une bonne centaine de kilomètres et on s’est mis à discuter.
    Il nous a expliqué qu’il se sentait complètement dépressif parce que son job consistait à trimballer sur des centaines de kilomètres des pièces auto NEUVES destinées à la destruction.
    Ce jour-là par exemple, il transportait une cargaison de réservoirs d’essence avec ouverture à droite, tout neufs, jamais montés, mais la firme, Renault ou Peugeot je ne sais plus, venait de modifier le modèle dont entre autres, le sens d’ouverture du réservoir.
    Donc maintenant quand vous entendez quelqu’un vous expliquer que “bon d’accord le capitalisme, c’est pas super équitable mais ça reste quand même le meilleur système d’allocation des ressources“, mettez-lui une grande claque.
    Ah non c’est vrai, je suis non-violente 😉

  5. oursino says:

    Bel exemple!
    Ce gâchis existe aussi dans la gestion des dépenses de l’Etat et surement ailleurs. Quand je faisais mon service militaire en Afrique, nous recevions du matériel neuf qui pour je ne sais quelle raison était détruit (ou parfois revendu par des “scrupuleux” au marché noir).

    Encore un article sur le sujet, décidément le film semble avoir marqué les esprits ces jours ci:
    http://pascal.ledisque.free.fr/wordpress/?p=3946

Leave a Reply