“Quand nous étions encore politiques”

A la mémoire de Carlo Giuliani. Tué par la police lors du contre-sommet de Gênes - 2001 - Manifestation 16 juillet 2011 BerlinQu’est-ce qu’être politisé-e ? Quand est-on politisé-e et quand est-on endoctriné-e ? Quand est-on militant-e et quand est-on moine-soldat-e ? C’est l’une des questions qui doivent le plus “faire frire le ravioli” (comme dit l’Oracle) de quiconque essaie d’être radical-e et engagé-e aujourd’hui. Peut-être peut-on dire :

– être politisé-e, c’est penser que l’état du monde n’est pas un état “naturel” mais le produit de rapports de forces, et qu’en faisant bouger les rapports de force on peut modifier l’état du monde.

– être endoctriné, c’est penser qu’il n’y a qu’une et une seule bonne manière de vivre pour soi et ses 7 milliards de congénères actuel-les (et les générations futures accessoirement), ou qu’un et un seul principe explicatif du monde, etc. Et que coup de bol dis-donc, dans sa petite tête fortiche à soi (ou dans son petit parti, ou secte, etc.), on sait exactement ce que c’est !

"Quand nous étions encore politiques". Fête au MorgenrotL’un n’est pas exclusif de l’autre, et le premier ne protège pas du second. On verra ce qu’en disent les collectifs qui organisent demain la fête “Quand nous étions encore politiques” dans la cour du Morgenrot : spectacle-débat, bouffe et concert. Miam.

Sauf si la météo pourrie néantise ce programme bien appétissant comme elle a (sans doute) aboli aujourd’hui la soirée ciné-débat en plein air qui devait se tenir dans la cour du centre social autogéré Die Bunte Kuh (La Vache Multicolore), soirée consacrée aux 10 ans du contre-sommet de Gênes – durant lequel le jeune Carlo Giuliani fut abattu d’une balle dans la tête puis son corps écrasé deux fois par la jeep des flics.

This entry was posted in immer wi(e)der and tagged , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to “Quand nous étions encore politiques”

  1. Oursino says:

    L’être humain adore avoir raison et pour ça il utilise des outils de défense comme le montre Schopenhauer dans “l’art d’avoir toujours raison”:
    http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/schopenhauer-arthur-lart-davoir-toujours-raison.html
    Il est probablement plus confortable d’être endoctriné (“j’ai raison”) quand les mots nous manquent.

  2. Transfo says:

    Heu, je me méfie un peu des affirmations qui commencent par “l’être humain est ceci ou fait cela…” moi 🙂

    En l’occurrence je connais des tas d’êtres humains (beaucoup de filles mais pas que) qui n’adorent pas du tout avoir raison, qui sont persuadé-es qu’ils sont nuls, qu’ils ne savent rien, qu’ils doivent la boucler et laisser parler ceux qui savent…

  3. Oursino says:

    Effectivement, je suis d’accord avec toi il y a un paquet de personnes comme tu les décrits. Mais n’est-ce pas une sorte d’endoctrinement que d’être persuadé de ne rien savoir? 😉

  4. Transfo says:

    Précision au passage, “faire bouger les rapports de force” n’est pas un équivalent de “utiliser la violence”.

    En parlant de violence, cette vidéo de Basta Mag sur le contre-sommet de Gênes

Leave a Reply