kro

thé du palais des thés

La saga de Youza de Youozas Baltouchis

Kro thé 2, la mission

A mon anniversaire, on m’a offert du thé… Vous savez déjà.
Il y a un thé spécial dont je n’avais pas encore parler. Il vient du Palais des thés. DIM SUM CHA Chaque année, pour fêter la nouvelle récolte du thé, les habitants des montagnes de Taiwan offrent aux personnes qu’elles aiment le Dim Sum Cha, littéralement : « Le thé qui vient du coeur ». Ce thé est préparé avec les premières feuilles de Bao Zhong, un thé semi-fermenté particulièrement réputé sur l’île, et des boutons de roses cueillis le jour même aux abords des maisons. Les feuilles de thé et les boutons de rose sont ensuite placés dans de petits paniers en bambou. Après quelques jours, les feuilles de thé fraîchement récoltées sur les hauteurs de l’île s’imprègnent du parfum subtil des boutons de rose.

Le Dim Sum Cha contient 50 g de thé et 50 g de boutons de rose. www.palaisdesthes.com

Ça, c’est le baratin, ensuite, ça se goûte.
Il a vraiment très bon goût. Et je confirme le parfum subtil de boutons de rose. Par ailleurs, la présentation en « cuit-vapeur » en bambou à 2 étages, un pour les boutons de rose et un pour le thé et très joli aussi.

La saga de Youza de Youozas Baltouchis
Alors, avant de vous parler de ce livre, faut que je vous parle d’Anne-Laure. Anne-Laure connaît des trucs pas possibles. Elle a le chic pour me dire : tu connais Dwigth Droughtwhoil ? Ou encore Zartosky Werforzovsky ? Et ben, non, quand je discute avec Anne-Laure, j’ai l’impression que je ne connais rien. Et en particulier en féminisme. Ou en polar. (ouf, je me rattrape sur la SF). C’est elle qui m’a fait connaître Dorothy Allison
(http://www.chiennesdegarde.org/article.php3?id_article=262) ou Anne Rambach (je vous en parle bientôt). Donc, là, elle me propose un romain lituanien. Forcément… c’est tentant. J’ai jamais lu de roman lituanien. C’est donc l’histoire de Youza, qui aime une femme qui s’est mariée à un autre. Alors, il quitte la maison familiale en laissant son frère et sa soeur et va habiter seul dans les marécages. Cette histoire, lente, rythmée par les saisons, racontant l’histoire quotidienne de la Litunanie peu après la guerre a ensorcellé des lectrices que je connais, probablement par la richesse de son vocabulaire, la façon de faire entrer dans le rythme des saisons et le quotidien… Je suis restée complètement en dehors. J’ai craqué après le premier tiers.

Ce contenu a été publié dans Culinaire, Lectures, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à kro

  1. fred Ak dit :

    La Saga de Youza :
    Il FAUT lire ce livre.
    En fait, l’histoire s’étale de la fin de la 1ere guerre mondiale à la 2e guerre mondiale. Le monde n’arrête pas de bouger, les gens changent d’avis, de camps, la Lithuanie est libérée du Tsar russe, puis le gouverment s’effondre, les Communistes prennent le pouvoir, puis les Nazis arrivent…Mais Youza reste fidèle à lui-même sur sa petite ferme à l’écart. Il veut avoir la paix (il refuse de payer des impots par ex.) mais tout le monde vient se réfugier chez lui, d’abord le riche exploitant victime des Communistes, ensuite le communiste qui veut s’échapper aux fascistes, puis la famille de Juifs qui veut échapper aux Nazis…Et Youza a du mal à comprendre. Il reste fidèle à lui même dans sa petite ferme, droit dans ses bottes et il n’obéit qu’aux lois les plus essentielles de la loyauté et de la bonté humaine. Le rythme du roman s’accélère au fur et à mesure, le 1er tiers est plus lent mais ensuite on ne peut plus s’arrêter de lire. C’est un roman en fait très philosophique sans en avoir l’air, parfois même comique. Il faut absolument le lire.

Les commentaires sont fermés.