Kro

Nightwatch de Sergei Lukyanenko
La fondue moitié-moitié
La saucisse de veau genevoise
Série : Ghost Whisperer avec Jennifer Love Hewitt

Livre : Nightwatch de Sergei Lukyanenko

nightwatchbook

Anton Gorodetsky est un Autre de la Lumière. C’est à dire qu’il possède des pouvoirs de l’ordre de la “magie blanche” et il a décidé de les développer en faisant partie d’une organisation appelée : La garde de nuit. Son rôle : veiller à ce que les Autre de l’Ombre ne viennent pas faire du mal aux humains. Sauf que, c’est pas si simple. L’Ombre et la Lumière ont conclu une trêve dans les temps très anciens. Une trêve qui ressemble à la loi du Talion : une action de la Lumière contre une action de l’Ombre, une bonne action pour une mauvaise. Une autorisation à faire le bien contre une autorisation à faire le mal… Et encore, c’est pas si simple… plus que “le bien”, la lumière serait parfois l’Ordre et l’Ombre serait plutôt le Chaos… Et surtout depuis des siècles, Guesser, chef de la garde de nuit de Moscou (qui surveille ceux de l’Ombre) affronte Zabulon, chef de la Garde de jour de Moscou (qui surveille ceux de la Lumière). Ils ne s’amusent plus de quelques escarmouches de temps en temps. Ils ont des plans à long terme, complexes et s’embarrassant peu des pions perdus en route pour le bien des causes supérieures… Et les méthodes de Guesser deviennent bien similaires de celles de Zabulon.

C’est un roman excellent, avec une ambiance particulière, russe tout d’abord, ce qui est un dépaysement en soi. Personnages, histoire, cohérence de l’univers… tout est vraiment bien mis en place. Anton est un personnage particulièrement attachant. Le seul reproche que je pourrai faire, c’est que parfois, le roman devient un peu bavard à philosopher sur l’ombre et la lumière.

Le film qui en a été tiré, chroniqué ici rend très bien l’ambiance des romans, avec une histoire qui varie mais qui conserve bien l’esprit du livre.

Nourriture : La fondue moitié-moitié
La fondue moitié-moitié est la concurrente de la la fondue savoyarde. Elle se fait avec du gruyère et du vacherin fribourgeois. C’est une concurrente très sérieuse de la fondue savoyarde, qui mélange en général Comté, Beaufort et Tome de savoie.
Elle se cuisine avec du vin blanc et un verre de kirsch, mais on peut remplacer le vin blanc par du jus de citron et le résultat est bien plus léger. Globalement, je préfère la fondue moitié-moitié qu’on trouve dans tous les bons magasin Migros.

La saucisse de veau genevoise

1627705463.JPG.jpeg

Saucisse à faire griller. J’avoue l’avoir déjà mangé en hot-dog, ce qui est un sacrilège, mais quelque soit la forme, c’est bon. En somme, c’est proche que la saucisse de Strasbourg, mais pas avec du cochon. Là encore, trouvable dans tous les bons Migros.

Série : Ghost Whisperer 1 et 2 avec Jennifer Love Hewitt

18827934.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20071010_021821

Melinda Gordon est antiquaire. Elle habite dans une petite ville, elle a un mari secouriste absolument délicieux : musclé, gentil, compréhensif et toujours à l’écoute. Leirnette pense qu’il écrit sur son temps libre le livre du mari parfait. Melinda a un secret : elle voit les fantômes : les esprits errants qui n’arrivent pas à aller dans la lumière. Elle les aide à passer de l’autre côté.
Dans la première saison, nous avions des histoires gentillettes de fantômes plein de bons sentiments. Quand par hasard ils sont méchants, ils se repentent bien vite, pardonnent, s’excusent… Bref, c’est trop beau, ça lasse.
C’est tellement mignon, on a laissé tomber. Et finalement, comme c’est une série qui permet à Leirnette et moi de regarder un même chose, on a un peu poursuivi… et on a eu raison, finalement.
Après quelques épisodes où la série se demande où elle va, la première saison se réveille finalement. Des “vrais” méchants se présentent, une histoire se construit… suffisamment pour qu’on ait envie de poursuivre sur la saison 2. Nous avons donc poursuivi avec la 2e saison, en cette période d’Halloween, des histoires de petits fantômes mignons, c’était sympa. Surtout qu’ils ne sont pas toujours si mignons, parfois au début de la saison, avant que Melinda leur ait parlé, ils sont même affreux. Nous l’avons regardé à deux familles de filles, en commentant abondamment les décolletés de Jennifer Love Hewitt, ses robes, les muscles de son mecs, etc.
Et nous venons de finir la saison 2 avec l’envie de voir la 3.

Ce contenu a été publié dans Culinaire, Films, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Kro

  1. François dit :

    Attend qu’on te fasse goûter la moitié-moitié qu’on fait venir directement de Gruyère!

  2. Laflo dit :

    Je suis allée à Carrefour Market ce soir, et je confirme : dans le magasin de Rueil-Malmaison, il n’y a pas de saucisses genevoises. Et on a mangé celles que j’avais importées hier soir…

  3. leirnette dit :

    C’est vrai que au départ la série était plutôt très gentille mais à la fin de la saison 1 un  » Gros Vilain Méchant  » arrive et ça devient intéressant. Puis dans la saison 2 il y a (enfin) des méchants fantômes qui n’arrivent pas à passer de l’autre côté … Bref c’est une bonne série à regarder le soir. 🙂

  4. leirnette dit :

    Une nouvelle kro est en route …

  5. Schuh dit :

    je n’aime pas les histoires de fantômes : j’ai déjà donné.

  6. leirnette dit :

    voilà la nouvelle kro est rédigée, maintenant il faut l’envoyer …

Les commentaires sont fermés.