netzstaub

beatz & funkz

Sunday, February 22, 2004

Prose

– Serguei, il faut supprimer la prose.
– Quoi ?
– Je viens de lire une description de la campagne. Ah ! J’en ai assez de l’odeur de miel des pres, des vastes espaces du bord de la Volga, des fameux bourgeons qui eclatent sur les arbres, des steppes… Tout cela n’est plus de la litterature, depuis longtemps deja, mais de la contrefacon.

Mikhail Boulgakov a Serguei Ermolinski

posted by manuel at 4:50 pm  

No Comments »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post.

Leave a comment

Powered by WordPress