Montréal : Kro des ours qui dansent

pate_chinois.jpegHier j’étais dans le gaz, ce qui fait que j’ai oublié de vous parler de la première spécialité québécoise que j’ai mangé : le paté chinois. Son nom est relié à une légende urbaine que je vais vous raconter, même s’il parait que c’est pas vrai. Ce plat, facile et bon marché, aurait été l’alimentation de base qu’on aurait donné aux chinois qui construisaient le chemin de fer québécois. Facile et bon marché, car il se comporte d’une couche de viande hachée assaisonnée, une couche de maïs, une couche de purée. Après, on peut varier en saupoudrant de paprika, ou de fromage. Il en existe en version veggie et même, on parle sur certains sites de crème de maïs, qui serait une version semi-liquide du maïs en grain. C’est indiscutablement facile à faire, et c’est bon.

Il faut donc s’y faire : Montréal, c’est l’Amérique du nord qui parle français. Il y a d’autres pays exotiques qui parle français (dans exotique, je ne compte pas la Belgique wallonne ni la Suisse romande). Par exemple, au Maroc, il y a beaucoup d’inscription en français, mais c’est la langue coloniale. Ca ne veut pas dire qu’elle n’est pas parlé volontiers, mais on sent que ce n’est pas la langue première. A Montréal, même si la population anglophone est importante, le français est la langue première et celle qui est défendue contre la langue “coloniale” qui serait l’anglais.

Dans la rue, quand vous parlez français avec votre accent de France, les gens font des efforts pour que vous les compreniez. Je m’en suis rendue compte quand j’ai entendu 2 chauffeurs de bus parler entre eux, et je n’ai été capable que de comprendre le sens général de leur propos, mais pas le détail. Bien sûr, il y a quelques expressions “étrangères” tel que Babillard, qui signifie panneau d’affichage. Ou des faux amis, tels que le dîner qui est en fait le déjeuner. Plus complexe, le double faux-ami anglais : un lunch signifie un casse-croute, ça correspondrait je pense aux tartines des belges, le petit plat à emporter qu’on emmène au boulot à midi.

Autre signe qu’on est bien en Amérique du nord : à part sous forme d’expresso, le café a la couleur du thé.
Ce matin, je suis allée voir le “vieux Montréal”. C’est du vieux à l’échelle du continent… l’essentiel date du début du XXe. De manière générale, j’ai de toute façon du mal avec les “vielles” villes américaines. Je m’attends toujours plus ou moins à une vieille ville européenne et ça n’a rien à voir : pas de petites rues, pas vraiment d’endroits aménagés pour la flânerie des piétons : des rues orthogonales, larges, avec des carrefours bien dessinés. Selon une inspiration plutôt européenne, on trouve tout de même beaucoup de petits restaurants et des grandes places, mais peu de terrasses (ok, il faisait 1° ce matin, mais quand même, ya des fois où c’est possible). Au bord du St Laurent, une promenade est aménagée, avec parfois de grandes pelouses mais aussi du béton, plus une voie de chemin de fer. Dans le “vieux port“, d’énormes cargos servant à draguer le fleuve rouillent. D’immenses silos servant à stocker les céréales au début du siècle font office de monuments historique.

0040-85-7973-09-01.jpeg

Voici une vue assez typique, en bordure du quartier d’affaire :

DSC00002.jpg

Cette vue peut faire penser à Boston, ou à une partie ”basse“ de Chicago. Montréal n’est pas une ville aux immeubles bien hauts, ils n’ont pas le droit de dépasser le Mont Royal, c’est à dire 234m. Vous noterez sur la photo les 2 enseignes qui se suivent mais ne se ressemblent pas.

DSC00009_2.jpeg

Comme on trouve souvent en Amérique du Nord, un château ”moderne“.

DSC00005.jpg

Sur le quai, une église. Montréal ne manque pas d’églises, pour servir les besoins des multiples congrégations.

Quelques panneaux pour vous rappeler que vous êtes ailleurs :

DSC00019.jpg

un panneau ”Arrêt“ et non ”STOP“, avec un plan du carrefour.

DSC00013.jpg

La météo n’est pas une plaisanterie : ce panneau est sur un trotoire. Dans le métro, on vous affiche la météo en temps réel.

A midi, à défaut de manger typiquement Montréalais, j’ai mangé de très bons suhis. Ca a rappelé de bons souvenir à Tamago san.

DSC00022.jpg

Sur les quais, un grand marché couvert appelé Bonsecours regroupe la quintessence de la boutique à touristes de luxe.

DSC00008.jpg

Belles sculptures de verre, vêtements, bijoux, objet en bois et surtout, art inuït.

Voici un ours qui danse devant la lune. C’est vraiment très beau.

Mais ça coûte une fortune. Ce sont toutes les pièces originales, uniques et certifiées par le gouvernement.

Je n’ai pas pu les admirer tranquillement parce que je me suis fait coller par la vendeuse de la galerie dont je n’ai pas réussie à me défaire. Etait-ce sa façon d’être commençante ? avait-elle peur que je me sauve avec un ours de 10 kg sous le bras ?

Dernière activité de la journée, celle pour laquelle j’étais venue : le colloque de l’ACFAS à l’Université de Montréal.

Le style du bâtiment me fait un peu penser au Champ de Mars…
L’université comporte de très nombreux pavillons, mais j’ai vu fort peu d’étudiants.

Dans le hall de l’école polytechnique, on peut voir les peintures ou photos des différents présidents.

Vous remarquerez les ”épaulettes“ en hermine.

Ce contenu a été publié dans Culinaire, Tourisme, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Montréal : Kro des ours qui dansent

  1. Laflo dit :

    Peut être la vendeuse avait elle peur que Tamago San se fasse un copain ours & l’emmène avec lui ?

  2. Lotin dit :

    Aaahhh, je savais bien que tu serais vite en manque d’ours… 🙂

  3. leirn dit :

    Ah, c’était donc ça, bien sur !

  4. Nata dit :

    Ca alors, je ne connais pas le pâté chinois ! Il faut dire que j’ai commencé par la poutine, et que donc j’ai décidé de ne plus tenter les spécialités locales…

  5. Pauline dit :

    Aaaah Montréal !! 4° c’est pas si mal, attends dans 15 jours, ça se trouve il fera 30… (véridique, je l’ai vécu!).
    Bon, à part ça 2 ou 3 petits conseils au passage :
    Tu n’as pas vu le vrai Vieux Montréal ?? Là où on dirait un village breton avec des rues pas tout à fait droites et en pierre ? C’est à côté du musée Pointe-à-Callière… c’est tout petit et très touristique ceci dit…
    Pour manger une bonne Poutine (après le pâté chinois, tu peux pas louper ça… une assiette de frittes avec une sauce brune et du fromage en grains…) : La Banquise ou Patati Patata (qui font aussi d’excellents hamburgers… pardon : d’hambourgeois !). Et il faut que tu ailles manger une tarte aux pacanes (noix de pécans) dans une pâtisserie de la rue St-Denis (rue que j’aime beaucoup, en partant de l’UQAM jusqu’à Laurier…) : il y a « le Festin de Babette », « Les Trois Marie », qui tuent… (enfin j’espère toujours). Tu peux aussi tester la tarte au sirop d’érable, mais moi je tremblais après tellement y’avais de sucre…
    Et pour les visites : en musée d’histoire je te conseille Mac Cord plutôt que Pointe-à-Callière, côté collections c’est plus fourni et plus complet sur le contenu canadien…
    Si tu peux, montes en au du Mont-Royal, on a une belle vue de là haut 🙂
    Et puis et puis évidemment, l’incontournable si tu as un brin de soleil : le Jardin botanique (où au moins les serres, s’il ne fait pas beau : y’en a plein, et les jardins des cultures…), c’est un des plus beaux…
    A côté tu as le Biodôme (sorte de zoo intérieur basé sur les 4 types d’écosystèmes Nord-américains) et dedans l’Insectarium où je travaillais… (pas de bêtes à manger en ce moment !), mais si tu as peu de temps vise le Jardin…
    Amuse toi bien et salut le St Laurent et le Mont Royal pour moi 🙂
    bisous

  6. Nata dit :

    à propos de babillard : c’est le nom du mur FB en Québecquois !

Les commentaires sont fermés.