Kro du CERN

Le CERN est un endroit peu ordinaire. 22 pays membres qui contribuent à la recherche publique. Et comme c’est de la recherche publique, ses résultats sont publics. Tim Berners-Lee a inventé le World wide web au CERN et ce protocole est dans le domaine public depuis le début.

C’est un endroit où beaucoup de gens travaillent, mais la plupart pas longtemps (à part Georges Charpak, mais il avait une double affiliation avec l’ESPCI). Mais où beaucoup de temporaires aimeraient rester et se souviennent avec nostalgie. 13000 scientifiques temporaires, 3700 permanents, essentiellement des administratifs. Un endroit paradoxal où les personnes les plus importantes, sont les temporaires…

(si vous voulez savoir ce que représente ce panneau, je vous le dis en fin de Kro…

Le CERN se visite. Tout le monde peut le visiter. Et pour tout vous dire, en ce moment, c’est le bon moment. D’une part, le globe est ouvert de nouveau.

(si vous vous étonnez de la météo, cette photo est bien de moi, mais faite lors d’une visite précédente).

Dans ce globe se trouve une exposition à l’ambiance SF des années 60 qui explique de manière basique ce que fait le CERN. Des personnes sont là pour vous fournir des explications supplémentaires, dont un très vieux monsieur vouté qui doit avoir plus de 80 ans et qui est en uniforme de guide…

Un plan incliné monte en pas de vis jusqu’en haut du globe où se trouve un auditorium (celui-là n’est pas accessible dans la visite officielle).

Voici le plafond de l’auditorium. Tout est en bois ce qui est sympa et en même temps un peu curieux dans ce haut lieu de la physique nucléaire.

J’ai assisté à une journée “Gender in Physics” organisée par le CERN, ESO (European southern observatory) et NordForsk qui est une association de coopération de recherche dans les pays du nord. Bref, que des trucs cool.

Revenons à la visite. Si c’est vraiment le bon moment pour visiter le CERN, c’est parce qu’en hiver, le LHC (Le Grand collisionneur de hadrons) est arrêté parce que l’électricité coute trop chère. On peut donc se promener au coeur de l’expérience Atlas, celle qui a permis de trouver le Boson de Higgs.

Atlas, c’est cet énorme détecteur qui chope des traces des hadrons, des bosons, des muons et qui ensuite vous permet de faire le tri. Même quand on est face à lui, on ne se rend pas compte de la taille, car la pièce est remplie. En fait, il y a la hauteur d’une cathédrale et moi, je suis sur une passerelle à peu près à mi-hauteur dans je prendre ma photo.

Au total, et en lego, le détecteur Atlas ressemble à ça. C’est la plus grosse machine de physique jamais construite. Si vous voulez une visite virtuelle, c’est par ici.

Les gens qui vous font la visite sont vraiment chouettes. Ils ont une manière d’expliquer le principe de sorte que tout soit compréhensible par tous. Mais ils savent faire aussi un peu mieux que ça, dans le sens ou dans mon groupe, il y avait des physiciens qui posaient des questions.

Et voilà l’endroit où les gens passent des heures à surveiller le faisceau de particules. J’ai un ami à qui ce genre de salle doit rappeler des trucs. Là évidemment, c’est tranquille, y’a pas de faisceau.

Ce qui est extraordinaire avec le CERN, c’est que même si très peu de gens à Genève savent vraiment ce que ça fait (outre être un labo de recherche sur les particules) et ce qu’est le Boson de Higgs, c’est que tout le monde a conscience du prestige du lieu.

Quand l’expérience Atlas a été lancée, la RTS en parlait tous les soirs au journal dans l’espoir d’avoir des nouvelles du Boson. Eh bien, moi, ça me fait bien plaisir, ça change du sport en fin de journal.

Et le panneau du début ? C’est pour vous prévenir que si vous vous sentez étourdi, faut vous sauver très vite. Ce panneau est installé dans des grands couloirs en tuyau. Vous voyez, le genre d’endroit vraiment sympa, si vous êtes claustrophobe.

S’il y a une mini fuite de gaz d’un de ces multiples tuyaux du plafond, l’oxygène peut se raréfier super vite et vous pouvez assez vous évanouir sans vraiment réaliser ce qui vous arrive et mourir étouffé. Donc, si la tête tourne, courez à la porte la plus proche.

This entry was posted in Tourisme and tagged . Bookmark the permalink.