Le grand malentendu ?

En 1986, Greg Costikyan publiait chez West End Games ce qui fut sans doute l’un des JdR les plus décriés : The Price of Freedom, dont le thème était le suivant : les États-Unis ont été envahis par les Soviétiques, et les joueurs incarnent des résistants américains qui luttent encore et toujours face à l’occupant.

pof

Descendu en flammes sur quatre pages par un critique bien pensant (Pierre Rosenthal, pour ne pas le nommer) dans Casus Belli n° 37, ce jeu se retrouva irrémédiablement plombé dans nos contrées (encore une preuve qu’à l’époque, Casus Belli faisait (en grande partie) la pluie et le beau temps sur le marché du JdR en France, et peut-être également chez nos voisins francophones).

Sans jamais l’avoir lu, ni même feuilleté, beaucoup de joueurs admirent comme parole d’Évangile la prose de Rosenthal, et vouèrent le jeu aux gémonies.

Près de vingt ans plus tard, je découvris qu’il existait un autre courant d’opinion à son sujet : des gens qui l’avaient lu affirmaient qu’il s’agissait de second degré ; ce qui était fort plausible, s’agissant d’un jeu écrit par l’auteur de Toon et Paranoia.

N’ayant jamais lu Price of Freedom, je ne prendrai pas parti dans le débat. Mais hier soir, je suis allé faire un gueuleton avec un pote qui m’a raconté avoir parcouru la bête chez un de ses amis, et considère que la brève description du contexte (le jeu étant principalement constitué du système de règles et du catalogue de matos) est effectivement un très bel exemple d’humour.

Venant d’une personne que je connais et que je considère comme peu susceptible de sympathie pour les idées réactionnaires qui seraient selon Rosenthal celles véhiculées par l’ouvrage, j’aurais tendance à croire que c’est là la bonne interprétation du jeu, et qu’il a été bien malgré lui victime de son humour un peu trop fin.

Faut il rappeler au passage que Rosenthal s’illustra également en enfonçant subtilement Trauma dans les colonnes de Casus, tout en ne tarissant pas d’éloges à son sujet dans les pages de Chroniques d’Outre Monde, d’où était issu ce jeu ?

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Le grand malentendu ?

  1. Ping : Vous voulez un deuxième avis ? | imaginos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *