Deux trucs rôludiques en ligne du mardi soir

James Maliszewski nous parle du White Dwarf n° 52 (un numéro qui ne m’a pas vraiment laissé de souvenirs…).

François Letarte nous présente quelques-unes de ses sources d’inspiration rôludique. Il y a des classiques (Valérian, le cycle d’Elric, La quête de l’oiseau du temps), mais aussi des trucs moins habituels, dont du rock progressif :

Publié dans JdR | Marqué avec , , , , | Un commentaire

Sorties rôludiques présente et future

La sortie est un supplément sur les vaisseaux pour Star Trek Adventures.

La future sortie est Mythic Polynesia, le supplément polynésien pour Mythras, qui devrait paraître en fin d’année ou en début d’année prochaine (selon ce billet d’un blog qui en avait déjà parlé il y a quelques mois ; je n’ai toujours rien vu à ce propos sur le site de l’éditeur).

Publié dans JdR | Marqué avec , | Un commentaire

Rock’n’rollaDay 2022

Trouvé ça sur le touitteur de Pogo :

J’ai bien envie de participer, le temps de réfléchir un peu à certaines questions.

Publié dans Références cryptiques, Zique | Marqué avec | Laisser un commentaire

Vous faites pas de cheveux

Au moment de m’endormir la nuit dernière, je me suis concentré sur un élément dont je voulais absolument me souvenir ce matin au réveil, ne voulant pas me relever pour aller en prendre note car cela m’aurait coupé dans mon endormissement.
Ce matin au réveil, non seulement je me souvenais très bien de l’élément en question, mais cet effort de mémorisation m’avait inspiré un jeu de mots pendant mon sommeil :

Il ne faut pas confondre coupe de cheveux et diminutif.

Publié dans Façon de parler | Laisser un commentaire

Postérité

Ceci m’a amusé.

Publié dans Hors catégorie | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Trouvailles rôludiques en ligne du vendredi soir

D’habitude, je ne signale pas ici les mises à jour de PTGPTB V.F., préférant pointer directement vers les articles en V.O.. Mais ils se sont mis depuis quelques temps à traduire des articles depuis l’espagnol, une langue dont je n’ai qu’une connaissance extrêmement fragmentaire et assurément bien insuffisante pour la lire ; et dans la fournée d’aujourd’hui il y a un article sur l’urbanisme (principalement) med-fan’ (un sujet dont j’ai toujours trouvé qu’il était mal traité dans les villes de JdR, problème que j’avais tenté de pallier un tout petit peu dans la nouvelle Laelith (mais mes contributions étaient trop réduites pour que je puisse faire grand-chose sur le sujet).

Une présentation du JdR Kids on Bikes qui vous convaincra, si jamais c’était nécessaire, qu’il vaut mieux en rester à son concurrent gratuit Trucs Trop Bizarres :

Une vidéo de présentation de la première édition de DragonQuest :

Et en explorant la chaîne, j’en ai trouvé une sur la première édition de Judge Dredd :

Publié dans JdR | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Ça continue à pleuvoir des sorties rôludiques

Tout en *.pdf pour l’instant.

Au rayon payant (mais j’attendrai comme d’hab’ les versions papier), deux nouveautés pour Rikki-Tikki-Traveller (dont une pour leur version de 2300 AD), et une pour Star Trek Adventures.

Au rayon gratuit, un nouveau machin néo-zélandais pour Traveller The New Era.

Publié dans JdR | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Rattrapons le rattrapage musical

En attendant de mettre la main sur les sorties du jour, voici la fin du rattrapage des sorties musicales de ces derniers mois :

Shangri La est le nouvel Edenbridge :

Il est pas mal.
Extraits :

Saints and Sinners est le nouveau House of Lords :

Comme d’hab’, ça se laisse bien écouter.
Extraits :

Enfin, Survive, le nouveau Stratovarius :

Il est bon.
Extraits :

Publié dans Zique | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Kro en résumé : Eifelheim

Eifelheim
Michael Flynn
Robert Laffont, collection Ailleurs & Demain, 2008
ISBN 978-2-221-10961-8
V.O. : Eifelheim, copyright Michael Flynn, 2006
523 pages

Roman de SF

Le roman se passe à deux époques différentes.
Quelques chapitres prennent place dans un futur non précisé mais relativement proche (tellement proche qu’on pourrait initialement penser que c’est à notre époque). On y suit les recherches d’un couple d’universitaires : elle, physicienne, sur le point de démontrer que la vitesse de la lumière dans le vide n’est pas une constante ; lui, historien, cherche à comprendre pourquoi, après qu’un petit village de la Forêt Noire, Eifelheim, ait été ravagé par la peste noire en 1349, la zone n’a jamais été repeuplée.

Le gros de l’histoire se déroule en 1348 / 1349 dans le village en question. Un vaisseau spatial transportant des ET ressemblant grosso modo à des sauterelles humanoïdes est victime d’une avarie et se matérialise à proximité dudit village. Ses occupants sont secourus par les habitants, principalement par Dietrich, le pasteur du village, qui a fort à faire pour convaincre certaines de ses ouailles que les nouveaux arrivants, malgré leur aspect repoussant, ne sont pas des démons (la communication entre humains et ET se fait grâce à des traducteurs électroniques, ce qui est bien pratique). Comme le pasteur est le personnage principal du bouquin, la religion occupe une place centrale dans le récit. Dietrich est un intellectuel, qui a autrefois suivi à Paris l’enseignement de certains des meilleurs savants de l’époque et a beaucoup lu, en plus d’être un théologien ; cela lui confère à la fois une ouverture d’esprit et des connaissances qui lui permettent d’échanger sur des sujets scientifiques et techniques avec les ET, même si le dialogue est un peu un dialogue de sourds, sans qu’aucune des deux parties n’en ait conscience. Ainsi, quand il leur parle de monter au Ciel, eux prennent ça au premier degré et prennent Dieu pour un puissant ET qui doit réellement revenir à Pâques (et ça en conduit certains à se convertir, sans que le roman soit un texte prosélyte, ni même pro-chrétien)).
Cette partie couvre une période allant de l’arrivée des ET à la mort de la plupart des habitants à cause de la peste noire, ceux restés indemnes fuyant le village.

Bien entendu, les deux parties du bouquin (qui s’entremêlent) sont liées : d’une part, l’historien va finir par reconstituer l’essentiel de ce qui s’est passé, et d’autre part, comme le vaisseau des ET circule selon des principes basés sur ce que cherche à démontrer la physicienne, leurs recherches vont en quelque sorte converger.

La partie historique est extrêmement bien documentée. L’auteur est allé chercher tout un tas de détails historiques pour appuyer et enrichir son récit (dans ses notes de fin d’ouvrage il indique avoir fait quelques « ajustements » mineurs pour les besoins du récit, et en mentionne trois). Ça m’a d’autant plus parlé que ça m’a rappelé le boulot que j’ai moi-même fourni pour mes contributions à la gamme MEGA 5, tout en me désolant que la plupart des lecteurs n’en auront même pas conscience…

En conclusion, une lecture très intéressante, même si j’aurais aimé que la partie « moderne » (qui fait ici un peu pièce rajoutée) soit un peu plus développée.

Publié dans Kros, SF | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Mais pourquoi est il aussi Meshan ?

Un nouveau numéro de The Meshan Saga est disponible : le premier.
Comme d’hab’, il est hélas abondamment caviardé…

Publié dans JdR | Marqué avec | Laisser un commentaire