Physique onirique

Encore un rêve bizarre avec des rockeuses à contre-emploi cette nuit… Je me demande d’où je sors tout ça.

Enfin, à contre-emploi… Pas complètement.
Car s’il y avait encore une fois les membres du groupe Girlschool, le sujet du rêve était en rapport avec leur nom, car nous étions en classe.

Une classe curieuse, j’avais l’impression de me retrouver en troisième, sauf que le niveau était universitaire (et même assez costaud).

Les matières enseignées étaient, d’une part la physique (et l’enseignante, j’aurais presque tendance à dire la lectrice, vu que c’était une jeune et qu’elle nous faisait cours assise à l’une des tables de la classe et tournée dans le même sens que les élèves, était à la fois passionnée par son sujet et pédago pour en faire passer les complexités) ; d’autre part, les mathématiques, avec là aussi une enseignante, qui ressemblait pas mal à Doro Pesch et qui semblait parfaitement consciente que la partie masculine de son auditoire était plus intéressée par sa plastique que par le contenu de son enseignement.

Le reste du rêve s’est hélas estompé au réveil.

Mais de toutes façons, comme j’ai récemment lu cette citation limite vesquante de Dilbert sur le blog de Boulet : « Les statistiques montrent qu’il n’y a rien au monde de plus ennuyeux que quelqu’un qui raconte son rêve », je ne vais pas insister…

Ce contenu a été publié dans Rêves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Physique onirique

  1. Ping : Faudrait savoir ! « imaginos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *