La jaja, c’est un produit dopant ?

Alors comme ça, il serait possible qu’un ancien coureur cycliste français, qui de sprinteur était devenu grimpeur à la surprise générale alors qu’il roulait pour une équipe espagnole à la pointe du progrès médical non autorisé, ait été dopé (à l’insu de son plein gré, cela va sans dire) ?
Soit une « présomption » qui existait au bas mot depuis le milieu des années ’90 ?
Réveillez moi quand le type qui était arrivé premier du Tour (ce qui n’est pas la même chose que d’être le vainqueur : pour être vainqueur, il ne faut pas avoir triché) au début des années ’90 fera enfin les grands titres pour le même sujet. Mais il ne faut pas rêver : il s’est arrêté juste avant qu’on ne stocke des prélèvements pour une analyse ultérieure, le temps d’élaborer des méthodes de détection efficaces.

Ah, si, un truc quand même : si jamais les faits devaient être prouvés (car à ce stade là et quelle que soit la profondeur de ma conviction personnelle, il bénéficie de la présomption d’innocence), on ne me fera jamais croire qu’il ne le savait pas.

Ce contenu a été publié dans Qu'est ce qu'on va devenir ?, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *