Expérience onirique

Drôle (ou plutôt d’rôle) de rêve la nuit dernière, qu’une fois encore j’ai commis l’erreur de ne pas noter immédiatement au réveil et qui s’est donc depuis très nettement estompé.
Je me souviens toutefois que nous partions pour un long périple à cheval (du genre où on reste en selle sept ou huit heures d’affilée), devant durer tout le ouéquande. Quand je dis on, je ne me souviens plus exactement de qui était là avec moi ; mais il y avait un vieux pote de promo, son ex (ils sont séparés depuis une vingtaine d’années, mais là ils étaient ensemble…), peut-être un autre pote de promo (et ancien colocataire), une de mes anciennes subordonnées (en âge d’être ma fille…), et très éventuellement le plus âgé de mes petits cousins (à moins qu’il ne soit apparu dans le rêve que plus loin).
Le premier de mes compagnons de chevauchée nous expliquait que le soir au bivouac, il nous ferait jouer à deux JdR, dont le choix ne m’enchantait absolument pas (le premier était Ketulu, j’ai oublié quel était l’autre, peut-être Hawkmoon dont il était autrefois un grand amateur), mais pour des raisons diplomatiques je ne disais rien.
Pour ma part, j’attendais de l’expérience apportée par une aussi longue durée passée à se taler le cul sur une selle la matière nécessaire à l’élaboration d’une règle de JdR sur les meurtrissures consécutives à des activités de longue haleine. Ce qui m’avait valu une discussion animée avec mon ancienne subordonnée, qui contestait la validité d’une règle basée sur une simple expérience personnelle, en prenant comme exemple une règle sur la vitesse de suture des épisiotomies après un accouchement laborieux. Faut il préciser que je n’ai jamais eu dans la vie éveillée l’occasion de recoudre une femme ayant subi une épisiotomie, alors que dans le rêve la règle en question était là aussi basée sur ma propre expérience en la matière (et ma contradictrice estimait que je n’étais pas assez rapide).
Quoi qu’il en soit, je me suis réveillé avant d’avoir suffisamment de matière pour ébaucher cette fameuse règle sur les fessiers en compote, qui aurait pourtant grandement ajouté au réalisme de la simulation rôludique…

Ce contenu a été publié dans Rêves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Expérience onirique

  1. Zit dit :

    Dommage, on aurait pu la rajouter dans la 2ème édition de Wind on the Steppes. Mais ca dépend aussi beaucoup de la selle : après 2 jours de selle western, j’ai eu le slip collé par le sang en court de coagulation (je n’ai non plus eu l’occasion de changer de slip au bivouac imprévu), alors qu’avec la rudimentaire selle russe, ce fut impécable pendant 9 jours (mais en changeant de slip tous les jours).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *