Internet, c’est la mort du petit commerce

Traversé le pays ce matin pour aller acheter deux arbres à la pépinière nationale, afin de remplacer les deux qui n’ont pas supporté les canicules de ces dernières années. Je voulais absolument une variété locale de poirier qu’on ne trouve pas dans les jardineries lambda, mais que je savais qu’ils auraient.
Arrivé là-bas, je tombe sur une brave dame qui m’apprend qu’ils n’ont plus de magasin physique depuis quelques années (alors que quand j’étais gamin il était immense…), que je ne vais donc pas pouvoir acheter mes arbres, mais qu’elle va me donner un catalogue et que je pourrai commander par internet (et soit me les faire livrer, soit me farcir un nouvel aller-retour pour revenir les chercher).
Reparti avec mon catalogue. Et avec mes deux arbres, plus beaux que ce à quoi je m’attendais (sachant qu’il fallait que je puisse les rentrer dans le Tonnerre mécanique pour les rapporter, fallait que je les prenne petits), que j’ai plantés tout à l’heure…
Bref, ça valait le déplacement. Mais la prochaine fois, je leur téléphonerai avant…

Ce contenu a été publié dans Elle est pas belle, la vie ?, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Internet, c’est la mort du petit commerce

  1. Vaken dit :

    C’est peut-être moi qui suis bouché, mais comment tu as eu tes arbres s’ils n’ont plus de magasin et que tu devais commander par le net ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *